J’AI PLANTE L’AIGUILLE


paul-rebeyrolle-oeuvres-L-L49NA2

J’AI PLANTE L’AIGUILLE

 

 

L’herbe a brûlé, le prunus taillé en recouvre la mémoire pour tenir l’impression de frais

une morsure en témoignage de rage

force-vive du rire que rien n’arrête quand l’enfant dit: on joue ?

Lors d’un cambriolage le vol a été retiré aux oiseaux

un linceul symbolique s’est tendu en guise de drap en fil de survie

Resteront brodées nos initiales

au renflement du tronc dans leur version réversible

la pivoine que tu as mise au monde rayonne de tous ses pétales…

 

Niala-Loisobleu – 10 Août 2020

AQUA TEINTE


1e815818ca09f1c78f77e17820142d3e

AQUA TEINTE

Si jamais j’oublie resèche-moi la mémoire

la pluie manque de toi pour se sentir à l’abri

Le cheval cherche le gai pour passer l’averse horizontale sur un trottoir vertical

englouties dans la terre molle les empreintes en appellent aux lèvres du labour

pour pas que le cri araire rouille

J’ai vu le vol de l’oiseau emporté par le flot entre les jambes couchées de la forêt

Si jamais j’oublie

balance vite la bouée de tes seins

je reconnaîtrai entre toutes la voie de ton soleil.

Niala-Loisobleu – 17/10/19