VENUS DE CHEZ TOI


27801264_p

VENUS DE CHEZ TOI

Une mer roule quelque part, des ailerons tendent le bec au ver hors du nid, la terre ira-t-elle au four pour ressortir brique, il est immémorial que l’épée s’adresse plus à l’homme qu’à la corrida, pourtant c’est la tauromachie que l’on réprouve. Au seuil du passage je regarde l’enfant s’accommoder d’une ignorance de calcul. Toutes ses billes roulent en bonbons sur sa langue. Un jeune poulain attrape la course céleste de l’indien comme la majorité rétrograde en réserve des grandes prairies de cartes postales. Elle a la poitrine gonflée la région de ma couleur, le souffle  du mot qu’on ne comprend pas, l’écriture qu’on enseigne pas. Aux tables de rencontre on me digère de travers. Les jambes nues des terres à sainfoin laissent l’empreinte de leurs transpirations jusqu’aux écuries d’Augias. La mousse amasse les lointains rivages du côté le plus proche des jours. L’ombre percée de l’étui à violon tient l’archet par la main.

Niala-Loisobleu – 1er Juin 2019

AU CADRAN L’OMBRE PORTE


c404566925d889d6d265d8c0fe4b5ca9

AU CADRAN L’OMBRE PORTE

Assèchement sanguin, l’artère les mains vides regarde le flot incessant du bruit en mouvement. Avant d’entrer au rayon fruits et légumes les oranges ont connu la chaleur du vent du sud dans l’ocre des terres d’où sortent les immenses jarres laissant un sentiment d’existence dans leur corps. Les tours de l’âne dans la noria s’appareillent à la canalisation du drainage. Mordre à perdre la limite séparant la pulpe du noyau. Parfois le couteau dans la coupe à fruits fait nature-morte. Je pense à l’esprit pictural de Cézanne dans son atelier des Lauves découvrant un tricheur dans les Joueurs de Cartes. Ou encore  à Bizet rémoulant l’arme de Carmen devant la Manufacture de Tabacs. Les séguedilles font crier les guitares en tapant du talon. Le vent marche à toute allure. Il y a un maléfice de tempête dans les années 9. Reste l’oeil que l’acide tient en son pouvoir. Le lin ne peut rien éponger par absence de clarté. Le feu en profite. Quelque part dans les cases de l’oie, un rêve sort de prison. La pierre garde à jamais la mémoire des mots forts gravés joyeux, igorant l’épitaphe au profit de la légende du hiéroglyphe. Forme de soleil mis en jachère. Le chevalet mange le vers , la fenêtre laisse lever la voile

(Illustration Henri Matisse)

Niala-Loisobleu – 29/01/19

CRIME SANS AUTRE INTENTION QUE DONNER L’AMOR


 

1923_matisse_nu-sur-un-sofa

 

CRIME SANS AUTRE INTENTION QUE DONNER L’AMOR

 

Ce matin où sortie de ce chant, j’en attendis l’image sans intention malheureuse, pris tout entier par le coeur, je fis l’innocente erreur de n’avoir pensé qu’à mon bonheur de la voir

Restée dans le paravent de sa nudité, comme on protège son quant-à soi, dans l’armure d’une lointaine croisade perdue, je ne vis pas la moindre idée de viol dans mon attente

Cueillant un émoi qui jamais n’aurait son matin au terme d’une nuit parsemée d’étoiles

Bel arbre que je piétinais de mon imaginaire

d’un outrage commis en toute pudeur

comme on brûle la beauté en lui faisant insulte par blasphème

La honte mais trop tard

 

Illustration: Henri Matisse

Niala – 11 Avril 2018