ENTRE TIEN EMOI 99


cropped-a5ac5ac76d480f42d4dd0e744a5bf8c81

ENTRE TIEN EMOI 99

 

Entre la rangée de dominos où le chien court la garrigue veut se souvenir d’autan. Dans l’angle de la vitrine de l’opticien les jumelles se chatouillent dans les draps d’une étape des mille et une nuits. Drapé en fond de scène, le théâtre-antique ouvre l’arène d’un coup de glaive, une odeur de dernier repas de lion monte de la cellule des gladiateurs. L’ombre froide d’un trou noir habite l’oeil de Caïn. Que d’arbres seront coupés pour ne rien écrire, dit Michel Serres du haut de son dernier vaisseau-amiral. La peinture d’une jeune amazonienne vient du nombril du poumon de la terre, ses jeunes seins y trempent leur plume. Force multicolore de ce ce qui vole, voici l’arbre à chanson prenant la route, je te tiens la main cachée dans le ventre. Je garde les pieds soudés au bon vent. Puis voyant les micros ouverts, je noue la mauvaise parole au mouchoir coincé sous les rails alors que le sifflet de l’oiseau essaime le langage des sourds-et-muets. Y a une route, y a une route dans l’épais roncier de la zone cultivée. La roulotte la retient pour chambre.

Y a une route

Y a une route
Y a une route
On marche dessus
Y a pas de tapis
Y a des fleurs comme des anémones
Qu’attendent la pluie
Y a une route
Tous les dix ans, y a un marin
Qui jette l’ancre au café du coin
Qui parle de voyager plus loin
Après la route, faut prendre le train
Tu descends dans le petit matin
Avec ta valise à la main
Y a tellement de bruit que t’as plus d’oreilles
Pendant que la fumée mange le ciel

Parce qu’y a une route
Tu la longes ou tu la coupes
Tu t’allonges et on te passe dessus

Ou tu te lèves et on te tire dessus
Mais y a une route, c’est mieux que rien
Sous tes semelles c’est dur et ça tient

Y a une route
Y a une route

Gérard Manset