LES MAINS D’OR


Les Mains d’or

Je rentre d’Atelier, mains hors d’art

un ciel blafard qu’ils ont mis à la place de ce qu’elles ensoleillent

Ce froid n’est pas à nous

nos cheminées marchent à la voile, bateaux sur l’ô

j’avance à ta toile

pour vivre ton encre comme la parole que tu portes ouverte

tenant la couleur comme dernier sang

afin de dire et redire ce que c’est fort la vigueur de ta poésie Ma Barbara

sacré soleil…peindre encore.

Niala-Loisobleu – 21 Décembre 2020

Un grand soleil noir tourne sur la vallée
Cheminées muettes, portails verrouillés
Wagons immobiles, tours abandonnées
Plus de flamme orange dans le ciel mouilléOn dirait, la nuit, de vieux châteaux forts
Bouffés par les ronces, le gel et la mort
Un grand vent glacial fait grincer les dents
Monstre de métal qui va dérivantJ’voudrais travailler encore, travailler encore
Forger l’acier rouge avec mes mains d’or
Travailler encore, travailler encore
Acier rouge et mains d’orJ’ai passé ma vie là, dans ce laminoir
Mes poumons, mon sang et mes colères noires
Horizons barrés là, les soleils très rares
Comme une tranchée rouge saignée sur l’espoirOn dirait le soir des navires de guerre
Battus par les vagues, rongés par la mer
Tombés sur le flan, giflés des marées
Vaincus par l’argent, les monstres d’acierJ’voudrais travailler encore, travailler encore
Forger l’acier rouge avec mes mains d’or
Travailler encore, travailler encore
Acier rouge et mains d’orJ’peux plus exister là
J’peux plus habiter là
Je sers plus à rien, moi
Y’a plus rien à faire
Quand je fais plus rien, moi
Je coûte moins cher
Que quand je travaillais, moi, d’après les expertsJ’me tuais à produire pour gagner des clous
C’est moi qui délire, ou qui devient fou?
J’peux plus exister là, j’peux plus habiter là
Je sers plus à rien, moi, y’a plus rien à faireJe voudrais travailler encore, travailler encore
Forger l’acier rouge avec mes mains d’or
Travailler encore, travailler encore
Acier rouge et mains d’or
Travailler encore, travailler encore
Forger l’acier rouge avec mes mains d’or
Travailler encore, travailler encore
Acier rouge et mains d’or
Travailler encore, travailler encore
Forger l’acier rouge avec mes mains d’or
Travailler encore, travailler encore
Acier rouge et mains d’or
Travailler encore, travailler encore
Forger l’acier rouge avec mes mains d’or
Travailler encore, travailler encore
Acier rouge et mains d’or

Source : LyricFind

Paroliers : Pascal Arroyo

Mélody Tempo Harmony


Mélody Tempo Harmony

Sacré Coeur

blanc accroché dans le rouge

de nos poitrines

tes pavés luisent

quand féline

ta langue réverbère se joint

aux mouvements de tes seins

dans les reins de la chambre sous les toits

Asile de nos deux émotions vives

Amour bras le corps

Tempo

Harmony du m’aime désir

Niala- Loisobleu – 23 Janvier 2017