AU LARGE D’UN CRAYONNE BLEU


b423d0bb0fc2b8e09b49e103674a15c3

AU LARGE D’UN CRAYONNE BLEU

Iode que le Caran d’Ache va promener sur la feuille blanche ballotée par une absence de vent frais

Où tu es à l’encre, un quelque part entre St-Jacques et Pied-de-Cheval, ce qui est sûr c’est qu’en bigorneau je ne peux imaginer qu’il te prendrait un départ en mère. L’eau qui coule reste salée malgré la chaleur morbide. A croire que rien ne parvient à me catacomber

Ta longue robe drape d’un voile une histoire vieille comme le monde qui résiste à la bêtise humaine bien que le sida et d’antiques M.S.T. lui soient venu à l’idée. Me rappelle, un roi déchu, le premier cygne et Leda. Vinrent les Gomorrhe et leurs sauts d’homme, tu me dis laisse beau, ma foi j’opine et crayonne

Alors l’haveneau devant, tu nages à la crevette pour que j’en remplisse la feuille…

Niala-Loisobleu – 18 Juillet 2020

A DOUVE LASCIVE


e65580585e4a01a155e4ebe043a8044d

 

A DOUVE LASCIVE

 

Par la porte d’aubaine ombre qu’un zénith impitoyable aigle de son haut

en longueur de douve lascive, l’âne goûte aux délices de ce chardon d’un violet plus que cardinal pris pour pôle

Des chaleurs d’un dérèglement dû à l’homme stupide, reste que Martin pour sauver le meilleur de la Nature

Noria, noria, noria et puisons…

Niala-Loisobleu – 18 Juillet 2020

St-John-Perse – Extrait d’AMERS


f10fa801cb65a1915be3545e32130f50

St-John-Perse – Extrait d’AMERS

 

« …Guide-moi, plaisir, sur les chemins de toute mer ; au frémissement de toute brise où s’alerte l’instant, comme l’oiseau vêtu de son vêtement d’ailes… Je vais, je vais un chemin d’ailes, où la tristesse elle-même n’est plus qu’aile… Le beau pays natal est à reconquérir, le beau pays du Roi qu’il n’a pas revu depuis l’enfance, et sa défense est dans mon chant. Commande, ô fifre, l’action, et cette grâce encore d’un amour qui ne nous mette en mains que les glaives de joie !.. »