A Gabrielle Segal « GUERRIERE »


561d03140ffbd7a1e24d684cae569bb8

A Gabrielle Segal  « GUERRIERE »

Cet article paru il y a un jour, avait retenu mon attention par un double-impact: la photo d’abord, de face et percutante , les mots ensuite et l’intention forte de démasquer sa tricherie personnelle.

La réaction des lecteurs marqué par 76 likes et 22 commentaires m’amène à réagir parce qu’à moins de se méfier de moi, pourquoi ne réponds-tu pas, Gabrielle au propos que j’ai mis ? Sans doute aussi, mais ça rejoint la première question, que le doute du vrai et du faux me taraude.

Ce texte qui se veut fort choisit de se tourner vers la faiblesse des propos élogieux. Le paradoxe ne peut être ignoré. C’est un choix. Mais dans ce cas le poème joue un double-rôle, ce pourquoi j’y réponds ici sur mon site étant donné que tu y viens liker dès que j’écris un article.

C’est pourquoi je pense que ce poème d’Alain Jouffroy exprimera limpidement ma pensée, sans griefs et en totale objectivité.

Amicalement, Gabrielle.

LE DOUBLE EN JEU

La lumière est l’aura d’un Narcisse en deuil de lui-même. Coup d’état narcissique, le suicide, auquel me lie la complicité luciférienne, est le moyen le plus
expéditif de renverser le gouvernement de l’Ange.

Me peigner, nouer ma cravate et, surtout, fermer les yeux devant la glace : toilette mortuaire de mon reflet.

Quand je n’y suis pas, mon miroir est vide comme un cercueil (les déménageurs portant une armoire à glace dans la rue, plus sinistres que des croque-morts une bière). Dans
mon enfance, l’armoire à glace — personnage fantomatique dont la tête était constituée par une mappemonde — bougeait selon mes propres mouvements dans le lit.
Aujourd’hui encore, que je supporte le monde suffit à me terroriser moi-même.

Je suis ci-devant Alain Jouffroy. Comme le miroir, je n’ai rien à voir avec moi-même. Et si je joue aussi froidement, c’est que je n’en mettrais plus mes mains au feu : je les
joindrai à ma dernière lettre.

Si J. : le seul mode conditionnel me fait passer au royaume des ombres. D’ailleurs, mon affectation pure et simple implique une sérieuse désaffection. Se faire aux faits, c’est jouer
un jeu par trop fair play. Je préfère la plutôt sombre fête de feu M. Phénix.

Al Capone m’a chaperonné, Messieurs. En tant que forte tête de Turc, j’ai la hautaine nostalgie de Combourg. Pour tuer mon père, François de Chateaubriand, dont ma mère
fut la dernière sylphe, je me suis suicidé en rêve. Au réveil, je suis René.

Mon père ne s’est pas suicidé à vingt ans comme René, son prénom, l’y obligeait. Il a préféré me renier, moi qui, en m’opposant à lui, chargeais ce
prénom de son unique sens. René assume le premier et le dernier rôles qui consistent à passer outre à la fin d’un monde.

Et si je parle de suicide avec tant d’ostentation, c’est sans doute que je suis extrêmement affecté. Affecté par les bruits qui rôdent autour de moi, sur moi. Ma
sensibilité est ombrageuse à ce point que je suis susceptible de ne plus la révéler au grand jour.

Joueur froid — roi des pales de l’hélice du bateau qui passe au large des îles d’Hyères — ô stormglass — le surnom de Thomas Roide que Beyle avait
donné à son ami Théodore Jouffroy vaut pour moi, le plus roide de tous les rois de cartes — le roi de Pique, bien sûr — que j’abats sur la table verte comme
j’abattrai mon double à coups de revolver lors de ce duel que je lui livrerai un soir au fond d’une forêt — de par cette toujours ombrageuse susceptibilité qui fait que je
me bats froid moi-même.

Homme de verre évoluant dans le palais de miroirs sur patins à glace — et point de fuite d’une perspective sociale sans issue — je suis sur le point d’atteindre
l’invisibilité parfaite.

Alain Jouffroy

PETIT JOUR


8149bd950dd322138f1fd84fc83a85a0

PETIT JOUR

 

Mouche cachée sous la houppette de la marchande

De violettes, un flacon de regret

Passe devant le pare-brise du camion de lait.

Aux
Halles, on entasse des billes rouges dans l’ouate.

La vaisselle neuve du soleil

Émerge derrière les toits empaquetés par la neige

Et, sous l’immense sombrero de la surveillance,

L’ouvrier avance. Éveillé par le déclic de l’essaim,

Fouetté par un orage de grêle agacée,

Il perce la terre à jour.

Ensablés dans le limon ancien des grisailles

De la
Villette, quelques êtres patients sécrètent

L’étincelante toile de la victoire.
Rosée émue,

Cristallisée au bord des lèvres dévêtues,

Grande, effritée, cascadeuse, effrontée,

L’atmosphère de la ville rejette son vieux skunks

Sur ses épaules boueuses. —
Le sommeil d’un muet

A stoppé mon poème à l’instant de la sirène.

 

Alain Jouffroy

.
.

MORCEAUX DÉCHIQUETES DU MONDE – CE JOUR EN LENTS BEAUX


MORCEAUX DÉCHIQUETES DU MONDE

PAR ALAIN JOUFFROY

I

Ne trouve pas ton destin dans ta poche

C’est toujours ailleurs qu’il faut chercher son lieu

II

En moi quelque chose du furet
Ne se solidarise pas

La migraine double le poids de mon casque
Mon vrai bataillon est une futaie lancéolée
Et la bataille — soleil sous le couvert — aveugle
Celui à qui les nuits polaires sont familières

Les dés ont été mal jetés dans nos tètes

La locomotive sur laquelle je travaille

Ne me fait pas avancer

Les flammes la fumée des hauts fourneaux

Remplissent mes reins de colère

Je suis raidi par l’Ophélie de la guerre

Mais je tape toujours à côté

III

«
Vous — là-bas — devant la table rouge «
Idiot

«
Ne voyez-vous pas que vous mitraillez «
Les trois tilleuls du fond ? »
Non

Je suis jeté fourbu hors du peloton

Mes guêtres sont mal attachées

Les boutons d’or irisent une seconde mes sourcils

Je halète

Le chef de file me tourne le dos

S’enfonce dans l’ombre bleue des premiers sapins

Et me laisse intact — ahuri

Au centre oublié de la lumière

Il m’est arrivé ainsi de tuer des oiseaux

Que des soldats ont ensuite mangé sur mon dos

IV

Je ne me suis pas encore délivré

Du parfum prophétique de ces journées

J’ai pourtant traversé des sous-bois

Illuminés

Croisé bien des visages porteurs

De pays où je n’irai jamais

Soir et matin engrenés
Aux avant-postes de la terre
Encore des antennes
Encore des cris
Et plus loin surtout — des ultra-signes…

CE JOUR EN LENTS BEAUX

Si l’on savait quoi devient la position du tournesol dès qu’on tournera les talons, on reviendrait sur l’idée que la lumière est une question de bon axe. Vas te faire foutre tu plantes ton clou sans que le moindre grain d’ombre retienne ta pointe et à peine tu pars que le pivot se fait bouffer la droiture par la rouille. J’ai assez de dire que ma tête est pas à claques, si je faisais ce qu’il faut, j’dis pas, mais me prendre une mandale en plein sourire et dès le matin, non, ça me fout colère. Dommage que mon refus entraîne des dégâts collatéraux car je ne vise toujours que les coupables, pas les innocents. Oh ça bouille et il serait bon de savoir que ne mâchant jamais mes mots si je prends quelqu’un dans le viseur je rate pas de cible. Seulement j’ai pas la rancune, j’ai réglé, le compte est soldé. Alors pour la partie sale je ne connais qu’une toilette qui m’aille. J’ai peint. La laideur la voilà je l’ai gerbé sur la toile…

 

Niala-Loisobleu – 1er Mai 2018

 

 

LA PORTE DE DERRIERE


IMG-0342

LA PORTE DE DERRIERE

 

J’emprunte ce titre à Alain Jouffroy, tant il va définir ce que j’ai besoin d’exposer dans ce moment d’entre deux. Cette partie qui succède l’oeuvre dernière et sera suivie de la prochaine, fantastique moment de dialogue dû au mûrissement. La réaction de ce qui a été lâché après un temps de gestation. Concept post-natal : la porte de derrière dans toute sa signification.

P1050633

JARDINS SUSPENDUS

https://lireditelle.wordpress.com/2018/04/18/les-mots-peints-jardins-suspendus/

La voilà la raison, pas le coupable, puisque je considère cette oeuvre comme un remarquable témoignage d’existence au sens intrinsèque du mot. Ambigu ce vocable, il contient la vie et la mort, mais ce que j’en montre ici transpire la force de la vie par la naissance. La seule gagnante. Et c’est bien là que tout repose, qu’est ce qui n’a pas cessé d’exister tant chez Barbara Auzou que chez moi-même pendant toute l’élaboration de l’oeuvre conjointe. Un besoin de laisser l’espoir prendre la main. Dans l’existence sue de tout ce qui peut lui être opposable, au sens de nos propres personnes comme au sens du quotidien en général. Ce tableau s’inscrit avec une maturité qui s’affirme au sein de L’Epoque 2018. Avènement. Sans aucun doute qui marque le vouloir d’un aboutissement en rompant avec le passé. Il se présente à un moment propice, la vie est  à nouveau menacée du chaos. Il faut quoi qu’il se passe dans l’inconsciente escalade du mal, que ce que nous avons voulu à l’écart de l’ordre dicté, se réalise en ce qui nous touche simplement. Hiroschima mon Amour…

La cascade de faits dérangeants forme sa colonne, envoie ses assauts, les agaceries se multiplient, maladie, changement brutaux, accidents de fonctionnement, formes de piratage qui incitent à abattre.Dur dur…

La première fois est sur le seuil

A nouveau, pour de bon le franchir, nous voici Artistes dans notre expression: poésie et peinture. L’Art pour sang, sève, souffle, cri et NAISSANCE !

Niala-Loisobleu – 19 Avril 2018