J’Passe pour une Caravane


 

pyramide-chameaux

J’Passe pour une Caravane

Comme le boyau d’un test 1 qui n’en finit pas de poser la question qui tue, tu m’fais voir l’couloir de l’amor. Aujourd’hui on solde. Les zamours en carton pâte viennent faire la rosace à la corps niche. Ouah gare au vide t’es précipice. T’as vu comme c’est, un ange qui passe – que sa vacherie à lui – sous silence. A la courte paille y a des  oeil qui poutrent un max. Marre de passer pour une caravane qui transporte rien pour soie. Tout pour tousse mon P’tit-Gars et mouche-toi dans mes en vie quand je r’fais surface. Un honneur que t’offre mon coeur à trinquer pour finir la bouteille un seoir où j’suis en manque…

 Je passe pour une caravane
Pour un chien qui n’en démord pas
Le labyrinthe
Conduit l’homme mobile
A des étreintes
Loin du réconfort

Je passe de sas en sas
Et mes visites s’espacent
Des ombres s’échinent
A me chercher des noises

Le plus clair de mon temps
Dans ma chambre noire
De l’étuve au blizzard
Des coups de latte
Un baiser
Des coups de latte
Un baiser
Des coups de latte
Un baiser

Je passe sous silence mes avatars
Je passe sur tes frasques
M’obnubiler ? Pourquoi ?
Pour un vasistas
Loin du réconfort

Je passe de sas en sas
Et mes visites s’espacent
Mes élans me courent et m’entraînent
Vers d’autres riveraines
Vers la grande inconnue
Loin du réconfort

Je passe de sas en sas
Et tes visites s’espacent
Des ombres s’échinent
A me chercher des noises

Le plus clair de mon temps
Dans ma chambre noire
De l’étuve au blizzard
Des coups de latte
Un baiser
Des coups de latte
Un baiser

Alain Bashung

Comme La chanson de Prévert j’ai plus souffert la chute des feuilles aux branches que je croyais vertes. Des fois, la pire c’est la mauvaise comme dit Ictère. Un homme ça pleure aussi. Elle est trop belle la vie pour ne l’ouvrir qu’à ce qui l’enlaidit. J’ai pas fini, le bout du chemin s’éloigne, j’choisis d’être encor sur la ligne de départ et pas celui de la mort. Un baiser. Debout la mer monte, j’embarque à d’air, l’amer épave au cimetière marre hein. J’passe pour une caravane et j’abois.

Niala-Loisobleu – 16/06/16

89l

Au réveil de la nuit de Noël, que sort-il du trou si ce naît le lapin blanc que m’a posé Alice


1312480-Lewis_Carroll_Alice_au_pays_des_merveilles

Gueule de bois, la forêt remonte son cache-né de peur d’attraper froid. Les musettes ont repliées les accordéons, rue de Lappe, le Balajo se retrouve la tête dans l’cul, nuit de chine, sur la place du marché de Noël, les papiers gras tourbillonnent une dernière fois dans le vomis des confettis, odeurs de frite froide, la crèche des forains remballe.A l’ânée prochaine, adieu veaux poules et cochons en peint des pisses. On démonte les étals. Où est passé mon bicarbonate grommelle un sac à putes transporté en bas-débit dans le caniveau d’une orgie de richesses électriques ayant posé le bon peuple en mortes-eaux. Bien au large d’un lapin .Les rois mages se sont enlisés dans la galette d’un trafic de drogue, depuis l’temps qu’ça durait la sécurité avait grand besoin des attentats du 13 Novembre, pour ce refaire un Paris sur les présidentielles. Dieu a tranché, il va baiser ses apôtres. Le sceptre de la Rose battra désormais pavillon de la Marine.Mille sabords, le drapeau moire dans le marécage. du parle ment. Sécurité oblige, c’est tout ce qui reste à mettre au bestiaire de la mare des larmes. Les rats de l’ô paiera Valls-Taubira, veulent encore du gruyère.Aimante comme un chien, la cinquième vous promet une année riche en tours de magie en boucle, représentations gratuites sous le grand chapiteau de la divine comédie… Aïe Marilou on va rejoindre dans l’trou l’homme à la tête de chou…

 

Niala-Loisobleu

25 Décembre 2015

 

https://www.youtube.com/watch?v=NJ7P8JWd5fc