LE SILENCE ET TA VOIX


magicvoice_WM by timssally (Mindy Lacefield), via Flickr

LE SILENCE ET TA VOIX

 

 

Que de mots-peints

à peaux nues

et imprimés sur tes robes des instants allongés

Assez de soleil pour faire courir le chien dans le croisement de nos échafaudages

La tour principale de la lanterne monte sa flamme

L’ancolie s’accorde le choix de la couleur fondamentale au croisement de tes jambes qui dévoile

et n’empêche le bruit de ma barbe de pousser sans imaginer , elle a retenue comment tu t’ingénies à la promener pour la désenfermer d’un masque mûrissant dans les projets inapplicables en vigueur

Du rouge, des ocres, arrivent les bruns aux senteurs de havane, je pense au Vieil homme et la mer

aussi j’ai mis le bateau à la cale

pour emmener l’enfant à tremper

Au coin du boulanger l’odeur m’empêche de vieillir, Marthe s’y trouve infatigable, à me tendre la grosse part de flan toujours chaud…

 

Niala-Loisobleu – 7 Avril 2020

IMMUNITE


Nu à la jambe levée, par Lucian Freud

L’IMMUNITÉ

En attendant que le feu se déclare
Dans les combles et au-dessus du toit,

Pour effacer le feuillage fébrile

Qui s’épanche hors des murs et croule dans la mer,

Pour maintenir le sentier blanc
Sous une grêle silencieuse,

Pour détacher l’inintelligible fragment,
Que ne trahit que sa couleur imprécatoire,

Pour atteindre le bois de votre porte hostile,
Pour entamer le froid de votre cœur muré,

La mèche lente et l’huile pauvre de ma voix,
Veilleuse au jardin le plus bas, Ëvocatrice balbutiante de la tour.

Jacques Dupin

EN MATIERE DE SOI DANS L’AUTRE ET INVERSEMENT


79e59b94ea82f2b661463df5bd3e36f5

EN MATIERE DE SOI DANS L’AUTRE ET INVERSEMENT

 

Sur la Chaume je vois le tilleul en appeler à la rivière. Bois flotté, nos troncs n’ont rien ôtés de nos jambes. Quelques pierres s’étirent sur les murs, dans leurs yeux sont entrés des fossiles pour mémoire. La première fois qu’un homme a découvert la différence entre les deux genres il a su comment et pourquoi c’était faire. Le savoir de base se passe des écoles, la petite tortue en pointant l’oeil hors de l’oeuf met toute ses forces dans la nage où l’attend la mer. L’absence a été définie à contresens pour laisser aux pauvres d’esprit la réduction au tout paraître. La toile va recevoir la caresse et la fureur de mes mains, seul aux yeux du passant, je ne peux être vraiment plus avec toi dans chacun de mes gestes qui nous écrivent…

Niala-Loisobleu – 7 Avril 2020

 

CHAN CHAN


Scène De Rue Dans La Vieille Havane Banque D'Images Et Photos ...

CHAN CHAN

Du haut des palmes sans médailles

là où la vague lèche la peau du rivage

je suis milliardaire de toi

embrasse-moi mojito

fais-toi rhum citron-vert

et menthe à lô

s’ils tuent le monde

je déclare avoir ta vie blanche comme les dents d’un enfant

et jure  être comblé au-delà d’une utopie politique…

Niala-Loisobleu – 6 Avril 2020

LA PAROLE DU POÈTE N’EST PAS DANS LES COURS QUE L’ON IMITE


Giacometti, « forçat » de l'art

LA PAROLE DU POÈTE N’EST PAS DANS LES COURS QUE L’ON IMITE

facebook sharing button
twitter sharing button
pinterest sharing button
linkedin sharing button

 

Longtemps – longtemps passe la nuit
Et les mots d’amour s’en enfuient
Ils cherchent à sauver l’instant
Qui fait battre le cœur du temps

Parcourir de grandes distances
Embrassant la juste errance
Qui nous amène avec hasard
A trouver d’un baiser sa part

Il sera moment de bohème
Lié au vent où l’on essaime
Ses vers pour une compagnie
Dont doucement l’on fait son lit

Mais la parole du poète
N’est pas aux cours que l’on répète
Elle partage en insoumission
Le libre jeu de la passion

Elle demeure ce qu’on dérobe
A la lumière de la belle aube
D’où déclinent quelques étoiles
Qui offrent leur dernière toile

Un chant déroule son moment
Hors de la piétaille qui ment –
Jusqu’au fond des cœurs qui s’amusent
Sans déployer de pauvres ruses

L’aède ne saurait rêver
Qu’à ce monde que vous savez
Sortir des rondes du profit …
Cela reste son grand défi

Il n’est nul Homme qui le réduise
Pour qu’il succombe dans la mouise
De viles et faux sentiments
En jouant aux pauvres amants

De l’aube jaillit la belle aurore
Celle qui n’attend rien du sort
En qui bien des malheureux croient
C’est ce qui les transforme en proies

Ce sont les mêmes qui festoient
Qui jouent l’amour et se fourvoient
En espérant des bénéfices
De ce dont ils font sacrifice :

La fraternité de la veille
Qui se renforce en bel éveil
Quand sortant de la nuit – le jour
Accompagne un nouveau séjour

Poète digne de ton nom
A ces indignes tu dis : « Non ! »
« Vous ne pourrez avoir ma voix ! »
« Le jour n’éclaire votre voie ! »

Ni servitude volontaire
Ni Capital délétère
Le poète demeure sans fric
Et il se fout de tout trafic

Il vole aux autres voix des mots
En les arrachant de leurs maux
Et les esclaves restent cois
On ne leur redonnera la joie

La voix – le sens – le son consonent
Passion – raison et sens résonnent
Comme d’un puits sortent les vers
Qui réinventent l’univers …

On y entend couler la source
Qui de la terre offre ressource
Quand le bon-sens vient à manquer
Que Pouvoir imité est remarqué

Non ! On ne vole pas l’aurore
Comme si elle était de l’or
Tous les artistes en sourient
Dansant la lumière en Paris

NON-ALLEGEANCE


Ce fut ma marque du refus absolu de n’accepter sous aucun prétexte de compromis avec toute forme de lâcheté. Pivot de notre société laxiste. Qui sous enseigne de tolérance accède aux détournements de toute nature ouvrant passage au dogme sectaire. Le blanc tout noir dans lequel on plonge à l’apparition d’une pandémie comme celle qui est présente. On est dépourvu de choix futur. Ce sera la loi du plus fort en moyens sans scrupules qui se mesurera au sacrifice d’un comportement humain. La valeur est confrontée à la nullité. L’ego d’abord. Pire scénario jamais vécu.

On blablate en tenant le couvercle sur la marmite. Comment est-il possible de croire qu’un monde pourri pourrait laisser place à un changement virginal ?

C’est de l’angélisme

Je tremble à la pensée de ce qui fait la recherche en cours présentement. La préoccupation première reste le masque. Mais pas celui qui mettra le virus ko.

Je n’abandonnerai jamais ma foi en la vie. Mon choix d’amour’

Je ne veux pas mourir en étant pris pour un idiot, c’est tout et plutôt que des likes et des emticones je le dis.

Niala-Loisobleu – 06/04/20