J’ai mil’bornes


 

J’ai mil’bornes

L’accent des marchandes de quatre-saisons des trottoirs de ma liaison profonde avec une vie exceptionnelle est toujours resté dans mes bagages. L’image qu’il a imprimé sur la couche sensible de mon enfance est demeurée fraîche, s’adaptant sans dévoiement au tracé du jour du fil du temps. Je pense que la personnalité de l’être telle que pré-enregistrée dans ses cellules ne subit pas de modification de fond durant toute la durée de sa vie.. Elle s’adapte. Sorte de mimétisme se montrant automatiquement pour faire face à la présence d’un prédateur. L’Homme réunit l’ensemble de ce qui m’intéresse. Vaste sujet, que l’évolution dans son accélération érosive rend plus passionnelle avec le temps qui passe. Un tableau qui marche comme un train, Combien de wagons ? Je ne conte pas, je vis la couleur du tant.

Niala-Loisobleu – 16 Août 2017

ddcbba80590b1278189559d4f5336f50

 

J’Ai Beau


J’Ai Beau
Je sais avoir découvert le Beau tout petit. La Beauté dans son ensemble, incommensurable espace , qui ne se réduit pas dans l’attente que j’en ai, se réduit en revanche  dans l’esprit de ce que l’Homme en fait . Pas besoin de recherche, au premier regard j’en ressens la présence ou l’absence Reposant sur le fondement esthétique inné, ça se cultive à partir de son concept philosophique.
La vérité ? Je ne triche pas avec.
Les coups de marteau des artisans de la Rue de Verneuil m’ont appris qu’un fauteuil Louis XV ne pouvait pas exclure l’âme de la gouaille des blanchisseuses troussées dans la vapeur des coups de battoir. Levant le nez, les façades donnent une allure aux chambres sous les toits, qu’un faux-cul de bourgeoise n’aura jamais. Il y avait des avaleurs de sabre dans mes grands-boulevards, mais je n’ai retenu que les soupirs des bancs publics. Des réverbères se penchant la tête à nager dans la Seine, il me reste les lucioles faisant le tour du cimetière. La lune déshabillée une nuit entière, quel voyage à respirer l’aisselle pour que le rêve ne s’évanouisse pas. Et une découpe d’arbre en silhouette d’une ombre chinoise, c’est quelque part Léo qui ouvre son piano aux indigents de la pensée traversière. On ne fait que passer, ma parole j’suis sûr que ça fait plusieurs fois que j’viens.
Le Beau n’en finit pas de devoir s’apprendre.
Niala-Loisobleu – 15 Août 2017
cropped-cropped-070a44620ab6891e2e357c469b6af24a2.jpg

L’Envol Est


L’Envol Est

 

D’un point du bord à l’autre d’un ô séant

Que les arbres naviguent à bout de rames

A la découverte d’une côte qui recule à façon

Sans s’émousser d’aiguilles rocheuses ancrées par-delà les chênes télévisés d’un voyage organisé pour Cythère . Bardé d’un monticule-piton pornographe éventé. Que pas un baliseur de métier ne montrerait en parure à sa braguette. Non. Plus sain tu moures. Tellement porté parle cœur. Des espaces de noirs en tirets à n’en plus finir que la voie coupée se fit de rigueur. La nuit la plus longue que pas un exquis mot n’a jamais sucer

Et sans même que le moteur des avions trouble l’émotion, l’apparition magique de deux anneaux dans la pensée du ciel bleu.

Niala-Loisobleu – 14/08/17

Image-1

 

UN CAILLOU DANS LA POCHE 3


P1050404.jpg

UN CAILLOU DANS LA POCHE 3

La plage endormie laisse toute la place au silence qui parle. Etoile de mer au sein. Shérif la prison vide ne tourne pas la pensée au râtelier à fusils. Il y aura toujours des méchants pour endeuiller les robes de mariées. Restes donc seulement nue. L’habit ne pourra pas alors trahir ta parole, te gardant nette, en donnant à l’encre de ta peau ta nature véritable. Sillons d’argent des mots. Le trait vif de la nageoire, respire à pleins poumons par ses ouïes. Montant l’échelle de corde reliant nos ponts, l’air nous tient en lévitation ancrés l’un dans l’autre. Les pierres lapidaires en triant les défauts de pureté, polissent la façade pour valider l’intérieur. Vertébrale charpente qui fait vibrer les hanches des hauts-bois. Que le mouvement des seins métronomes dièse. Un murmure laisse entrer l’unisson sur sa langue.

Niala-Loisobleu – 12 Août 2017

P1050400.jpg

Un Caillou dans la Poche 3

2017 – Niala – Acrylique s/Canson Aquarelle, encadré s/verre 30×40

UN CAILLOU DANS LA POCHE 2


P1050398

UN CAILLOU DANS LA POCHE 2

Des tourbillons peuvent  soudainement arrêter le courant, plongeant la Lumière dans l’étranglement. Les nuits de pleine-lune sont friandes de ces complications paradoxales. Alors qu’on y voit comme en plein-jour, des éboulis invisibles vous bloquent la voix. Respiration coupée la forêt bat des branches, étouffée par des blocages de la sève respiratoire.

La Voix Bleue sort l’enfant du cauchemar dans lequel ses jambes trop petites n’arrivaient pas à sauter le barrage.

Par la face du carreau, on peut voir le fond du Sel. Les moulins à ô tiennent toujours l’aube à portée de la clef de sol. Ce qui sombre est étranger à ce qui coule, quelque soit la nature du courant.

La gorge se désobstrue. La page est à l’ouvrage, Encre levée. Entends comme le caillou respire dans la poche.Son poumon. L’Oiseau-Coeur respire à plein vent.

Niala-Loisobleu – 12 Août 2017

P1050397

Un Caillou dans la Poche 2

2017 – Niala – Acrylique s/Canson Aquarelle, encadré s/verre 30×40

Mise à Jour d’UN CAILLOU DANS LA POCHE 1


P1050393

Mise à Jour d’UN CAILLOU DANS LA POCHE 1

« La marée on l’a dans le coeur », tu l’as si profondément chanté Léo, que même l’imbécile que je suis ne pourrait s’oser à en douter. Le bruissement du sel quand ça vous secoue le coeur, rien de ce qui peut se prétendre être anti- séisme n’y résiste. La plage se creuse d’émoi d’été passé, descendant au plus creux de sa cavité reprendre du sel au sein. Le grenier tenant le poids du ciel d’une charpente chenue. Bon cru, on ne change pas la bonne qualité de l’exposition. Dans le grincement des haubans, le claquement des reins de la voilure, il a vu passer tant de bateaux qu’il sait que le matricule de la flotte d’amour ne s’apprend pas au poker. Si les pédalos n’étaient pas sous la coupe des marchands de glace, je suis sûr que les pores ne se boucheraient pas d’un usage de trop d’ombre solaire. Un vélo sur la mer m’amphibie, en me gardant bien hétéro. Il faudrait mettre des puces aux sirènes, on les entendrait venir de loin, là où se tient leur domaine tentaculaire de la séparation. Assis au bord d’une prochaine lune, posé du bout des fesses sur mon cerf-volant, le cri de l’oiseau-hunier scrute, prêt à ne rien taire. Mécréant, je lis dans le texte les pierres de Compostelle qui entourent la cabane. Sans rien dénaturer du Sacré que leurs clochers dressent au centre d’espaces non clos. Sur la corde tendue d’un horizon colin-maillard, l’archet ouvrira  l’aire quand le temps sera venu. Paradoxal mouvement, la silhouette d’enfants innocents, marche sous la protection d’une grand-mère veillant à les protéger des rites sorciers. Leurs châteaux font avec les sceaux et l’appel, le composant du rire aux lèvres de l’écume éternelle. Comme ce  qui reste de ce qui est passé, je procède du monte-lune, machiniste initié à l’emploi des cordes de la Vie, ne cherchant qu’à libérer le poumon du corps-mort .

Niala-Loisobleu – 11 Août 2017

P1050390

Un Caillou dans la Poche 1

2017 – Niala – Acrylique s/canson Aquarelle marouflé, encadré s/verre 40×50