J’entends hennir le Cheval d’où je sors


 

7c710864f14d72bd8ca982c8352dbcc9

J’entends hennir

le Cheval d’où je sors

 

Chaude, la pierre d’âtre
garde ma pensée dans ses tisons

Je me tais aux braises
un brin de fumet au nez

Et laisse mes autres présences
m’exprimer moi en couleur
doigts l’un après l’autre
pour apprendre dans toutes les positions
mon esprit en ton cœur
et à libre-cours

Souviens-toi me suis-je répété en innovant par la rue donnant dans l’autre

ton esprit s’est égaré du chemin battu au premier croisement du sein et de mes paumes, ce  matin accouché de la nuit, c’était le dernier jour avant de sortir de ta mer. Et sans l’ignorer entrer dans le long voyage autour de la terre empreint d’enfance primordiale. Des chambres sous les toits  le  goût du boucané m’est venu par les suies des sudations des escaliers de service. Cette liberté que seul le travail procure, je l’ai à refaire le chemin du métier. Dire aujourd’hui la teneur du chant de l’ouvrier à l’époque où la machine n’existait pas ne dirait plus rien. Je suis riche d’en avoir appris la partition. L’argent ne passait pas avant le goût du labeur.

Sous l’acclamation d’un vent qui décoiffe, reste en jupe je t’en supplie, voir tes cuisses me donne plus de vie que les envolées fermées du pantalon dans les guêtres parachutistes.

Niala-Loisobleu – 11 Décembre 2017

Vol au Vent


 IMG-2128

Vol au Vent

Un grand vent

se leva

ma casquette s’envola

Je ne trouvai rien à lire

Tournant la route

à la corde

des planches de botanique

relevent les tiges couchées

Une impression d’épars

est seule à se laisser voir

Les amarres ont lâchées l’encre

l’horizon a disparu derrière l’écran

Niala-Loisobleu – 11 Décembre 2017

 

A la Belle Transhumance 3 (suivi de Nanderuvuvu)


A la Belle Transhumance 3

(suivi de Nanderuvuvu)

 

Paris-novembre-1997-avec-vue-sur-les-jardins-du-Palais-Royal

Nanderuvuvu

Familiers du

Déluge

nous sommes quelques-uns

je dis quelques milliards

sous nos chamarrures

(le jaune
Chenille

l’or
Scarabée le noir
Capricorne)

à faire trembler le globe dans nos os.

«
Si tu es
MALENFUNC qui se retourne dans son sommeil et chaque fois secoue le sol en attendant d’écraser le ciel, moi je suis
AUREPIK, le fils qui un certain jour, aussi sec vous mangera.

«
KAREÏ voleur de paradis fera de même

il est notre petit frère

et lui aussi lui surtout nanderuvuvu

que l’on n’aperçoit qu’en rêve

(la
Terre qui a honte

d’avoir dévoré tant de monde

implore son pardon).

«
Insectes-rois

insectes-dieux

couronnés de piques

de plantes vénéneuses

nous avons frappé frappé frappé.

Nos pattes palmées

martelaient la boue

pour en faire issir la moisson des vers

gracieux et fous porteurs de têtes

qui dansent éclairées du dedans.

«
Nourris de notre descendance barbouillés d’ocre et de craie de suie, de sang séché brandissant nos élytres nos rameaux nos sagaies nous avons dansé dansé
dansé la danse du
Sexe et du
Mourir.

«
Fils de moi-même enfin seul

interminable insecte

éphémère immortel

toujours tué et engendré

par
Celui qui se dresse entre mes jambes

je fertilise j’enlise

j’ensalive j’ensevelis

et je délivre

familier du
Déluge. »

Jean Tardieu

___________________________________________________

 

Mais voilà

ras

nia

nia

Justice est fête, moi Jean d’Ormesson devenu Crayon, j’illumine, règle le veut, la docte ignorance  de mes yeux bleus  !

Niala-Loisobleu – 10 Décembre 2017

 

IMG-2130

L’Anti-Tabac ou le Passage du Tropique du Cancer


b71fbd0e8d987740d5b9d458b9045fad

L’Anti-Tabac

ou le

Passage du Tropique du Cancer

Retourné taire

les vaches

le plantoir des doigts

s’est cassé la pointe de l’ongle isocèle

Au déjanté des canyons de Lozère

le soleil des hippies déverse en trombes

la moue et le guère

sur ses ruines d’égalité des sexes

Le jour de Noé

ça craint d’amour

chantent les ânéés 60

attelées à la noria

Carmen  s’allume le feu sur la cuisse

avec la queue et les deux oreilles de Don José

châtré comme il se droit par la justice immanente

du droit de citer « Libérez-moi »

Non mais « Fillette ce que tu te goures »

y en a marre

ni pute ni soumise

je veux chanter à Montmartre le seoir !

Niala-Loisobleu – 10 Décembre 2017

 

 

 

A la Belle Transhumance 2 (suivi de Intériorisation de la Renaissance)


IMG-2122

A la Belle Transhumance 2

(suivi de Intériorisation de la Renaissance)

Nous sommes le 9 Décembre de l’an 2017, il est 14h45, je suis face à l’Enfant. Ses lèvres absentes des bruits de moto, ne foulent pas le recueillement mis  en place par le silence . L’ébauche du tableau en cours affine les repères. Le symbole prend pied. J’ai le dos transpercé par le froid environnant auquel mon coeur s’est voulu étranger pour poursuivre le Travail. A flanc de montagne les maisons s’épaulent pour garder le feu dans l’âtre. L’azur apparaît dans la repoussée de l’armée des nuages, piqué d’une annonce de retour des feuilles d’un verger porteur de ses prochains fruits. L’oiseau dépose la renaissance aux femmes pour qu’elles essaiment la Vie, l ‘Amour.

Niala-Loisobleu – 9 Décembre 2017

 

INTERIORISER LA RENAISSANCE

La puissance du souvenir
Pour les marelles de l’enfance –
Ciel au paradis du sourire –
Redit le beau temps de présence…

Printemps où s’éveillent les sens
Avec les fleurs qu’il fait élire
Sur peau de femmes – en essence
Comme de si tendres élixirs

Que le poète en transhumance
Puisse redonner tant à lire
Dans nos pays en pleine errance –
Qu’il nous émeuve avec sa lyre

Jamais ! O Grand jamais l’absence
A la misère et ses soupirs
Ne lui tiendra lieu d’apparence
Il en glacerait pour le pire

Des uns les autres en puissance
Il n’y a aucun point de mire
Que la force de renaissance
Par delà tout ce qui s’admire

En nous-mêmes l’indépendance
Ne viendra de tous ceux qui tirent
Sur d’autres dans la dépendance –
Mais de la paix qui les attire

Pour qu’avril impose l’aisance
De tous ceux qui tournent et virent
Ne cherchons pas les subsistances
Autour d’Hiver et ses empires !

Peut-être qu’une vraie distance
D’avec tous ceux qui veulent nuire :
Princes-tyrans et leurs beaux sires :
Leur prescrire notre existence…

Pour le garder notre seul sens
Au chemin de l’épanouir :
Cette si belle fluorescence
De la justice en devenir

Quand la plus tendre des enfances
Hors de l’exil – laisse reluire
En nous suggérant l’innocence
De l’éclat de paix sans trahir !

Quand tant de mitraille leur lance
La mort sans plus même avertir
Sans leur laisser aucune chance…
Il n’y a de frontières à tenir …

Sauf celles de tous les empires
Et des différentes puissances
Qui s’entendent donc pour le pire :
Les richesses et leurs appétences

C’est avec ça que le bon-sens
Pour un renouveau à venir
Doit rompre avec grande insistance
O frères humains tenez l’ire

Et abandonnez le silence
Qui ne vous permet de choisir
Que des hommes de providence
Fiers d’avoir tout à vous saisir

Dans son rêve un poème encense
Vos rêves qu’il cherche à servir
Pour Printemps comme neuve enfance
Sortie de qui peut l’asservir

Demeure ! Désobéissance
A tous ceux qui veulent haïr
Par la vile loi d’obédience
Ceux qui résistent sans faillir

Le chaos et son insistance
Cherche les mémoires à salir
Et toutes bombes à outrance
N’entretiennent que les vampires

Les massacres sous surveillance
De tous les esclaves d’empires
Ne cachent la vraie espérance
D’un printemps neuf pour en finir

Avec ce qui barre toute alliance
Entre tous êtres qui aspirent
A partager leurs subsistances
Malgré ceux qui les en retirent

Avril ! Grandis la résistance
En de mêmes cœurs qui respirent
L’air de toutes les différences
Sous un soleil qui en transpire !

Alain Minod

A la Belle Transhumance


IMG-2119

A la Belle Transhumance

 

Rien de ce qui fait nuit n’obstruant son Jour

je n’ai pas retenu ce qui tirait ma main au chevalet

« Ainsi commence la Clarté »

entendis-je

les oiseaux chanter en entrant dans l’ébauche

 

Le perçant de son regard ne pourra plus jamais redescendre

au ras de l’existence

De ce qui s’élève

Il Est

devenu l’entité

Confondus en un m’aime

l’Enfant et moi

faisons le premier mouton d’un troupeau

qui tire du précipice

haut vers l’alpage

 

A la Belle Transhumance

mes yeux collent à l’escalade du Bleu Nouveau

Niala-Loisobleu – 9 Décembre 2017

 

IMG-2118.JPG

Niala, 8 Décembre 2017, le soir, devant l’ébauche de « LA VIE, L’AMOUR 2 ». En dialogue pictural avec « l’Homme de Clarté » toutes ailes déployées.