TU RIS EN MOI


depositphotos_23763481-stock-photo-wall-of-a-house-with

À Alain.

Les mots apposés par tes mains

Tu ris en moi  Quel plaisir dans ta tête

M’habiller d’un jardin

Mais la nuit ne mesure rien de l’espace et la fenêtre

Lui crève les yeux

Alors tu bâtis un labyrinthe

Pour ne pas me décevoir en ce surcroît d’être

Et ce défaut premier de l’extérieur cette brèche

Que dessine la fenêtre suffit à donner un lieu

À notre demeure entoilée de lierre et de lin

Barbara Auzou.

Sous ton panama


Sous ton panama

j’ai bu têtue ta joie simple

toute occupée à me murmurer

à l’échelle des mots peu communs

que le temps immobile faisait monter

à mes yeux mordus de cils lourds

Sous ton panama

j’ai croqué les songes à vif

que tu me pelais pour maintenir

disais-tu à flot égal ce qui fuyait

et m’altérait le visage

Douce-amère disais-tu encore

la beauté survit au carnage

Et sur le plan des possibles

à carreaux blancs et rouges

tu étalais les fruits fraîchement

cueillis d’une saison revenue

et quelques branchages secoués

d’or et de rires

Barbara Auzou.