D’espoir et de tendresse / Paul Eluard


D’espoir et de tendresse / Paul Eluard

Je te l’ai dit pour les nuages. Au premier mot limpide. Elle ne sait pas tendre des pièges. Dormir. Elle ne vit que par sa forme. Marine. Le coin du coeur. Couvre feu. Bonne justice. Le front aux vitres. Tant de rêves en l’air. Bêtes et méchants. En souvenir d’un fauve. A peine une part de souffle. Je fis un feu. Mes soeurs prennent dans leurs toiles. Tu glisses dans le lit…. La nécessité. Je suis devant ce paysage. Dans les parages de son lit. Belle et ressemblante. Par douze douceurs. Plus c’était un baiser. Notre vie tu l’as faite. Dominique aujourd’hui présente. La mort, l’amour, la vie. Liberté. L’amoureuse. Nuits partagées. Dimanche après-midi. Rayon des yeux…. Le matin les branches attisent…. Tout disparut…. Dans les ténèbres du jardin. Unis la fraicheur et le feu. Homme au sourire tendre. La grande rivière qui va…. Liberté. Tu vois le feu du soir. Je ne suis pas seul. Poésie interrompue. Bonne journée. Une ruine coquille vide. Le front comme un drapeau perdu. Une roulotte couverte en tuiles. A toutes brides. Une herbe pauvre. Je n’ai envie que de t’aimer. Figure de force brûlantes et farouche. Nous avons fait la nuit. Notre vie. Printemps. La poésie doit avoir pour but la vérirté pratique. Peut-il se reposer… ?. Il la prend dans ses bras. Plume d’eau claire…. Rôdeuse au front de verre…. Amoureuses. Bonne justice. Aujourd’hui. Courage.

DES CADENCES…


DES CADENCES…

À peine les ors ressortent dans l’ombre que le tant étale

un buvard pompant l’odeur des encens

en voilant le rose de l’hortensia que l’on finit par ne plus savoir que dire

Quant à écrire de la plume ou du pinceau ça entre dans la manifestation solitaire du couillon qui se retrouve seul à dire que la soupe est mauvaise

La manif maintenant s’est l’envergure du mécontent qui va plus voter mais qui juge

Un vrai pot-pourri de gens qui se rassemblent chacun pour soi mais sans rien qui tienne d’une réclamation commune

Gilets-jaunes et casseurs, vaccinés et Antis-vaccin, juges des réformes qui demeurent en attente, accusateurs de Macron

Vraie salade-russe qui nous prépare une rentrée catastrophe

Mais en attendant faut en profiter…

Je me demande simplement de quoi

Pas de soleil ?

On l’a exécuté bien des années avant avec un mépris qui montre à quel point se plaindre de tomber en petits morceaux minables dépasse l’inconscience

Ces zoos là moi

J’accuse…

Il ne peut sortir que du pire de cette révolte

Alors que pour sortir le coupable il suffira d’aller voter…

Niala-Loisobleu – 2 Août 2021

L’INCONNU DERRIERE LA PORTE


L’INCONNU DERRIERE LA PORTE

Sur la branche se frottant la vue rien ne laisse entrevoir ce que seront les prochaines heures

la foi restée a perdu d’intensité

les jours présents s’étant détachés des côtes

leurs conformités aujourd’hui sont sorties des cartes

l’éloignement du climat a mis l’été de l’autre côté de sa ligne saisonnière

je me souviens des routes de campagne de mon enfance que des troupeaux traversaient en conscience de vivre le tant de la récolte

et à présent je me pose la question de savoir où se situent les files humaines qui cheminent sans trouver de caillou

il fait froid sur le seuil

qu’en sera-t-il de l’autre côté ?

Niala-Loisobleu – 2 Août 2021