ESSENCE


ESSENCE

Hier encore la rue portait à croire

Aujourd’hui au carrefour du mois d’Août l’embuscade est à couvert

Ce qui terrasse et me fait tomber de ma chaise est latent

Combien d’oiseaux ont disparu en moins de temps qu’une existence d’Homme ?

Hirondelles, mésanges’ rouges-gorges, moineaux de nos fenêtres…

J’ai croisé dans un bois un chien laissé à un arbre

Il m’a dit la voie que mon maître suit est mauvaise…

Niala-Loisobleu – 31 Juillet 2021

TU VOIS Y SUFFIT DE VOULOIR


TU VOIS Y SUFFiT DE VOULOIR

A priori rien ne fait ce qui prête

L’époque ne se donne pas spontanément elle minaude allumeuse en tous genres

À part le chien qui demande pas de sucre et préfère trouver dans le regard qu’on lui lance l’assurance d’un amour qui l’abandonnera pas pour partir en vacances

Fouette de ta queue mon canin

T’aura du câlin

Comme m’a dit une dame en souriant du bronzage intégral, vos femmes elles chauffent comme vos paysages grimpent au ciel. Au moins on sent autre chose qu’un effet qu’à part le masque tout est bidon

Oui du soleil qui rentre comme un motif sans dessein d’intérêt

Je sens battre la vague dans la crique

Le bateau dépassant les bouées

Les poissons frétiller hors des élevages

Ma foi demeure à ses tâches de rousseur, faim sanguine au tracé…

Niala-Loisobleu – 31 Juillet 2021

FLEURS DE NUIT


FLEURS DE NUIT

Le jardin exhale au matin de doux balancements en déposant sur la rive du jour, le souvenir lascif d’une nuit d’envie de vivre

Et l’oeil qui s’ouvre voit les contours courbes du montant de sel que la vague amène

Le cheval et le chien sont partis courir sur la plage pour libérer l’énergie en grandes gerbes d’eau

La pinède tire l’aiguille

Cousant les petits-pots de résine aux troncs gonflés de sève

L’estuaire baille avec un sourire prometteur.

Niala-Loisobleu 31 Juillet 2021