« L’ETREINTE BLEUE »- NIALA 2021 – ACRYLIQUE S/TOILE 65X54


« L’ETREINTE BLEUE »

NIALA

2021

ACRYLIQUE S/TOILE 65X54

FACILE EST BIEN PAR PAUL ELUARD

Facile est beau sous tes paupières
Comme l’assemblée du plaisir
Danse et la suite

J’ai dit la fièvre

Le meilleur argument du feu
Que tu sois pâle et lumineuse

Mille attitudes profitables

Mille étreintes défaites

Répétées vont s’efïaçant

Tu t’obscurcis tu te dévoiles

Un masque tu l’apprivoises

Il te ressemble vivement

Et tu n’en parais que mieux nue

Nue dans l’ombre et nue éblouie
Comme un ciel frissonnant d’éclairs
Tu te livres à toi-même
Pour te livrer aux autres.

Nous avons fait la nuit je tiens ta main je veille

Je te soutiens de toutes mes forces

Je grave sur un roc l’étoile de tes forces

Sillons profonds où la bonté de ton corps germera

Je me répète ta voix cachée ta voix publique

Je ris encore de l’orgueilleuse

Que tu traites comme une mendiante

Des fous que tu respectes des simples où tu te baignes

Et dans ma tête qui se met doucement d’accord avec

la tienne avec la nuit
Je m’émerveille de l’inconnue que tu deviens
Une inconnue semblable à toi semblable à tout ce

que j’aime
Qui est toujours nouveau.

Paul Eluard

11 réflexions sur “« L’ETREINTE BLEUE »- NIALA 2021 – ACRYLIQUE S/TOILE 65X54

  1. ton visage est un petit rectangle de clarté ravie brodé de jeunes pommiers qui se partagent la place et l’étreinte accessible partout par mes mains

    bleue une ombre en chemin passe près de toi sans te voir et s’en va sertie de quelques oiseaux se laver le réel dans la volupté de respirer

    avant de se bâtir de quelques branchages orange une cabane de ferveur pour la nuit

    Barbara Auzou./ La place et l’étreinte

    Aimé par 1 personne

        • Jacques Bertin
          Un voyage

          J’ai retrouvé dans la coque la vieille fêlure
          L’humidité qui suinte comme l’éternel poison
          Et j’ai pleuré, assis la tête contre la cloison
          De l’autre côté le moteur battait son chant profond
          Celui qui vient de l’enfance
          Et dont les basses fréquences
          Toujours ont raison

          Où tu vas poser ton sac
          Fais un lit avec tes larmes
          Il flottait dans cet endroit une odeur de goudron et d’urine
          Gravé dans le travers de la blessure on distinguait un nom
          Une illusion ou un message ou une marque de fabrique
          Le monde passait contre les hublots lentement comme un monde
          Les façades prétentieuses croulaient dans les angles morts
          On voyait des visages de femmes glacées et pensives
          Marquant la brume comme d’immatures soleils d’hiver
          Je ne sais pourquoi je me bats le bateau me conduit dans l’aube
          Ah vers la haute mer, bien sûr, comme chaque matin
          Je me retrouve faisant mon méchant trafic dans un port incertain
          Il faut payer cash, en devises fortes et avec le sourire
          Je ne sais pourquoi je me bats. J’ai pleuré dans la chaleur torride
          Le monde est beau ! Les femmes se donnent avec des airs de s’oublier !
          Nos victoires sont devant nous qui nous tendent la main !

          Où tu vas poser ton sac
          Fais un lit avec tes larmes

          Aimé par 1 personne

  2. dans une fracture de soleil s’immisce

    l’hiver

    avec son visage d’étoile prise dans le givre

    il pose son air froid sur le pain chaud

    de mes cuisses

    et de je dis des choses à son coeur

    les nids de mousses et les rondes de froment

    la totalité de l’oiseau dans le chant les cils doux des iris

    leur sursaut lent à se faire fleur pour les sources d’abeilles

    Sur mon ventre marron-chaud il s’endort hors-saison

    Barbara Auzou.

    Aimé par 1 personne

    • Brase éros
      ton ventre marron-show où miaulent les chats qui teignent les glaciers en cratère éruptif
      lave Pompéi de ce qui ne serait que pornographie
      pour un therme d’amour bien choisi
      que l’encre étend au-delà du lit tari d’estuaire
      d’une en vie mains tenues aux hanches en concerto pour clarinettes…

      Aimé par 1 personne

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.