POUR JAMAIS PAR PIERRE REVERDY


Pierre Reverdy

POUR JAMAIS PAR PIERRE REVERDY

A la suite du temps présent

du dégoût soulevé le flanc couvert les bras tendus le cœur mis de côté
Avec toutes la place pour le même trésor

le métal de l’esprit lavé
La main tiède sur la prunelle
Et le décor remis à neuf par l’éclat de l’été

que le délire appelle ou un autre intérêt
Au ras de la fenêtre l’homme noir qui a bu

la conscience molle et toujours mal vêtu
A la fin de son rôle quelque mépris roulé
Près de la voie où quelqu’un marque

un pas qui n’est plus le dernier
Ce n’est pas le même qui passe

Puisqu’il ne s’est pas retourné.

Pierre Reverdy

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.