CHOCOLATE JESUS / BETH HART & JOE BONAMASSA


CHOCOLATE JESUS / BETH HART & JOE BONAMASSA

Ne pas aller à l’église le dimanche
Don’t go to church on Sunday

Ne te mets pas à genoux pour prier
Don’t get on my knees to pray

Ne mémorisez pas les livres de la Bible
Don’t memorize the books of the Bible

J’ai ma propre façon spéciale
I got my own special way

Peu je sais que Jésus m’aime
Bit I know Jesus loves me

Peut-être juste un peu plus
Maybe just a little bit more

Je tombe à genoux tous les dimanches
I fall on my knees every Sunday

Au magasin de bonbons de Zerelda Lee
At Zerelda Lee’s candy store

Eh bien, ça doit être un Jésus au chocolat
Well it’s got to be a chocolate Jesus

Fais-moi me sentir bien à l’intérieur
Make me feel good inside

Je dois être un Jésus au chocolat
Got to be a chocolate Jesus

Gardez-moi satisfait
Keep me satisfied

Eh bien, je ne veux pas d’Abba Zabba
Well I don’t want no Abba Zabba

Je ne veux pas de joie d’amande
Don’t want no Almond Joy

Il n’y a rien de mieux
There ain’t nothing better

Convient à ce garçon
Suitable for this boy

Ben c’est la seule chose
Well it’s the only thing

Cela peut me prendre
That can pick me up

Mieux qu’une tasse d’or
Better than a cup of gold

Ne voir qu’un Jésus en chocolat
See only a chocolate Jesus

Peut satisfaire mon âme
Can satisfy my soul

Quand le temps se gâte


When the weather gets rough

Et c’est du whisky à l’ombre
And it’s whiskey in the shade

Il est préférable d’envelopper votre sauveur
It’s best to wrap your savior

Sous cellophane
Up in cellophane

Il coule comme le gros boueux
He flows like the big muddy

Mais ça va
But that’s okay

Versez-le sur de la crème glacée
Pour him over ice cream

Pour un bon parfait
For a nice parfait

Eh bien, ça doit être un Jésus au chocolat
Well it’s got to be a chocolate Jesus

Suffisant pour moi
Good enough for me

Je dois être un Jésus au chocolat
Got to be a chocolate Jesus

Suffisant pour moi
Good enough for me

h bien, ça doit être un Jésus au chocolat
Well it’s got to be a chocolate Jesus

Fais-moi me sentir bien à l’intérieur
Make me feel good inside

Je dois être un Jésus au chocolat
Got to be a chocolate Jesus

Gardez-moi satisfait
Keep me satisfied

LES POINGS DE MON FRERE – YVES JAMAIT


LES POINGS DE MON FRERE – YVES JAMAIT

Ca sent la naphtaline
Quand ma mémoire chine
Au bord des nostalgies
Quelques joies de vieilleries
De nos joues barbouillées
De nos shorts trop grand
De nos yeux innocents
Que nous est il resté
On vient d’un autre monde
Dont ce temps là se moque
On vient d’une autre époque
Ni plus ni moins immonde
On parle à l’imparfait
Beaucoup plus présent
La vie qu’on crapoté
Nous a bouffée les dents
Mais quand je fais le tour
Au détour de l’enfance
Un peu plus loin
Qu’avant hier
J’ai le cœur à rebours
Qui se sert
Comme les poings de mon frèreOn a eu devant nous
Une jeunesse à gâcher
Et on avait pas le sou
Pour bien la dépenser
Notre existence alors
Sur une ardoise tenait
Sur ce drôle de support
Ben nous on titubait
Au fond de ce bourbier
Dans lequel je m’enfonce
Je cherche dans les années
Toutes griffées de ronces
Ou ma mémoire errante
Viendra me rappelerUn vieux johnny qui chante
Qu’il nous faut essayer
Et je refais le tour
Au détour de l’enfance
Un peu plus loin
Qu’avant hier
J’ai le cœur à rebours
Qui se sert
Comme les poings de mon frèreLa vie s’est dessinée
Lentement sur nos gueules
Nous voilà burinés
La peau comme le linceul
De ces tendres années
Qu’on nous avait vendu
Qu’on avait pas loupé
Pour avoir bien vécuEt quand des fois si seul
Je vois que viens perler
Là au bord de mon œil
Le poids de ces années
Frangin je dois briser
Les lois de la pudeur
Il m’a bien réchauffé
Le soleil dans ton cœur
Je garde pour toujours
Tes deux poings et la chance
À tes cotés ou tout derrière
Mon cœur me joue des tours
Et se serre sur les poings de mon frère
Et je refais le tour
Au détour de l’enfance
Un peu plus loin
Qu’avant hier
J’ai le cœur à rebours
Qui se sert
Comme les poings de mon frère

VERS L’ARC-EN-CIEL – CONSTELLATION PAR ANDRE BRETON


VERS L’ARC-EN-CIEL – CONSTELLATION PAR ANDRE BRETON

« 22, 23, 24… »
D’un froment plus fondant que la neige la rose monstre du saut à la corde s’évase dans la ehère cour grise quitte enfin de ses fenêtres piail-lantes.
D’entre les volutes de la fleur sableuse s’élance un cœur d’enfant toujours plus haut jusqu’à se détacher en diabolo vers le fuchsia de la mansarde. « 38, 39, 40…
»

Le leurre passe avec la muleta du sang qui bout et. dans l’éblouissant, la manche de vers luisants seule fuse de la garde insensible à force de prestesse.
Tandis que, du chaudron immémorial d’où sa chevelure se soulève par saccades à flots d’ailes de corbeau, s’exhale le haut fumet des esquives et des feintes,
Concha épelle jusques et y compris le mot défaillir l’alphabet de l’amour.

André Breton