PEINDRE POUR PERCUTER A VIE


PEINDRE POUR PERCUTER A VIE

Le bleu du lin au chant du réveil

tend sa peau

aux doigts sauvages du refus d’abandon

Le relevé des fesses s’accorde au métronome des seins

ah quel cambré taurin

Si la moelle fait le déni de Carthage

le chien n’abandonnera pas l’os pour du cartilage

Niala-Loisobleu – 16 Juin 2021

Estrella Morente – Soleá



Estrella Morente – Soleá

Por que te llamas Aurora
Que me acuesto a la raya del día
Si te llamaras Custodia
a la iglesia no saldría
Si te llamaras Custodia
a la iglesia no saldría


No hay nadie en este mundo
que te quiera más que yo
debajo tierra me meto
donde no me vea ni Dios

Te compro más camisas
Te compro más camisas
Y porque yo no visto altares
‘pa’ que otro diga misa
Ni te miro ni te hablo
ni te compro más camisas

La noche del barro cayó
la noche del barro cayó

la noche del barro cayó
la noche del barro
y en vez de salí desnuda
salió ‘vestia’ de blanco
y en vez de salí desnuda
salió ‘vestia’ de raso

Candelas del cielo
del cielo caigan candelas
y más candela
le caiga a tu mare encima
por tener malina lengua

Yo no me he muerto de pena
porque no supe sentir
y a mi corto entendimiento
le agradezco al vivir
yo no me he muerto de pena
porque no supe sentir

Il n’y a personne dans ce monde
que je t’aime plus que moi
je descends sous terre
où ni Dieu ne me voit

Pourquoi tu t’appelles Aurora
Que je m’allonge au bord du jour
Si tu t’appelais Garde
je n’irais pas à l’église
Si tu t’appelais Garde
je n’irais pas à l’église

Je t’achète plus de chemises
Je t’achète plus de chemises
Et parce que je n’ai pas vu d’autels
‘pour que quelqu’un d’autre dise la messe
Je ne te regarde ni ne te parle
Je ne t’achète même plus de chemises

La nuit de boue est tombée
la nuit de boue est tombée

la nuit de boue est tombée
la nuit de la boue
et au lieu de partir nu
est sorti ‘vêtu’ de blanc
et au lieu de partir nu
est sorti ‘vêtu’ de satin

Bougies du ciel
les bougies tombent du ciel
et plus de bougie
ça tombe sur ta jument au dessus
pour avoir une mauvaise langue

je ne suis pas mort de chagrin
parce que je ne savais pas comment me sentir
et dans ma courte compréhension
je te remercie de vivre
je ne suis pas mort de chagrin
parce que je ne savais pas comment me sentir

PRiSE DES DOIGTS


PRISE DES DOIGTS

La toile mise à plat se saisit différemment de son sujet

Le volume prend la première place

L’expression est dans l’épaisseur au profit de son esprit spirituel

Le fruit est d’une pulpe transportant sa sensualité par tout le corps en multipliant les postures

Combinaison idoine d’un effet saisissant

Peindre ainsi est d’un érotisme métaphysique qui accompagne le geste au-delà du savoir professionnel au bord de la corniche du passage

Niala-Loisobleu – 16 Juin 2021

REMONTONS DE LA MER AVEC CLEMENCE


REMONTONS DE LA MER AVEC CLEMENCE

Le râteau des doigts à l’appel du large

et hop le château tend son do à la vague

du j’ai d’ô

Les mots corbeaux sortent de la boîte-aux-lettres, laminés par le plongé poitrinaire et le cylindrage ventral de l’accouplement volatile

amorti par la densité de l’herbage blanc de Clémence

Amour n’a pas à dépérir de sécheresse

les eaux phréatiques sont de niveau à porter le chameau à destination

Caravane et route de la soie à flot sur un libre horizon.

Niala-Loisobleu – 16 Juin 2021

Les doigts sourire


Les doigts sourire

Un détrempé primaire au coin de l’oeil prend la balle d’une paume joueuse. Les phalanges rient de souplesse et les ongles grattent les taire sans décourager le chien de labourer le potager. La chaleur roule les barils aux chais. Il va tonner. L’envie qui s’éveille aux doigts s’engouffre aux couteaux et aux pinceaux, la toile bande l’haleine au métier. L’oiseau noue la couleur des fils aux reins du cheval dans un bleu de sel.

Niala-Loisobleu – 16 Juin 2021