CONTRE LES AFFRES DU TEMPS PAR MARIA ZAKI ET JACQUES HERMAN


CONTRE LES AFFRES DU TEMPS PAR MARIA ZAKI ET JACQUES HERMAN

Le fleuve a grossi
Au point de déborder
Comme un chagrin profond
Qui sans cesse remonte
Les pentes de l’oubli
Et accède à la vie
Que sans cesse il démonte
Et sans cesse reconstruit
(J.H.)

Les plaines du cœur
Supportent son humeur
Impulsive et inconstante
Mais l’œil intérieur
Contemple au loin
Les sommets hors d’atteinte
Et la crête fumante
(M.Z.)

Avant l’heure du trépas
Qui conduit l’être
À l’ultime détachement
(M.Z.)
La lutte âpre souvent
Demeure inachevée
Contre les aléas
Et les affres du temps

Maria Zaki et Jacques Herman
(J.H.)Extrait de:  Les Signes de l’absence (Poésie entrecroisée, Aga-L’Harmattan, 2018)