JE M’EVADE… RENE-GUY CADOU


JE M’EVADE… RENE-GUY CADOU

Je m’évade


Sous les coquilles rompues du soir
Avec mon sac d’étoiles dans ma poche,
Ma fronde à tuer les heures
Et mon sifflet de merisier,
En échange de quelques larmes
De quelques morsures sous le sein
– Que je comptai à ma jeunesse –
Une nuit vierge de sang.
Tout est là dans cette tendresse de feuilles

AUJOURD’HUI ET DES MAINS EN CORPS


AUJOURD’HUI

ET

DES MAINS EN CORPS

Le bord de la falaise est onglé de bruyères

Roses rochers qui côtoient granit et sable en faisant des visages au bruit des vagues

A l’approche du gouffre l’aria exporte un appel ras d’eau au duo

Comme ça bat en éclabousse l’embrun qu’à l’immersion des seins les oiseaux se posent entre deux plongeons

Sabbat plus en corps

A l’approche de l’estuaire

Grand-crique me croque

Bernique on s’en va pas

Restons-là

A la pointe du phare

Pêcher à la ligne de vie de la naissance au bout d’empan

Noblesse des mots peints que la main dans la tienne

Des cris par chemin de ta peau

Niala-Loisobleu – 26 Mai 2021

POUR AILLEURS – NIALA 2021 – ACRYLIQUE S/TOILE 46X38


« POUR AILLEURS »

NIALA

2021

ACRYLIQUE S/TOILE 46X38

Au-dessus de la ligne de clôture

dans le rail migratoire où les oiseaux balaient la voie

De treilles en carrés de légumes, ce vaste jardin poitrinaire aux fruits pleins

s’accompagne de l’escorte des dauphins

pour alimenter le compotier

depuis les claies où paisiblement paissent plus de 40èmes ruminants

Epaulées aux venelles le long des flancs à la hanche des maisons blanches

portes, fenêtres percent l’humeur murée du mâle blanc pour la domestiquer à la tolérance

Des fleurs cueillies

à la fourche

aux rais

et aisselles

l’alambic tire la renarde et le loup à crever la nuit d’en vie

Il est cet autre monde

l’Ailleurs

écartelé comme il dense

un visage où l’enfance ne s’efface pas au nubile

mais demeure

passée la première ride.

Niala-Loisobleu.

26 Mai 2021

DU SOURIRE DES AUBES


DU SOURIRE DES AUBES

De connivence avec ce sourire quasi perpétuel, ce matin je le regarde dans les yeux et lui dit gentiment :

-je te pardonnerai pas un volte-face comme tu as l’habitude. Tiens-le toi pour dit. Je suis bien de ce que j’entreprends de gaité de cœur et non manipulable aux caprices du tant

J’ai enfin du projet dans le viseur, je louperai pas la cible

Haut les cœurs !

Niala-Loisobleu – 26 Mai 2021