LE JARDIN D’ABEILLES DE LA GARDIENNE


LE JARDIN D’ABEILLES DE LA GARDIENNE

La peinture a voulu présenter le jardin dans la promenade où la journée claire et sereine s’est déroulée

Changement de temps, le soleil grimpe la montagne à la place de la boule de Sisyphe

La gardienne a retrouvé la vieille grange où l’églantier attendait que le cheval revienne avec l’oiseau remis dans le bon arbre de l’absolu

Un peint frais

Sauvage de vérité

Défait de cette mue

Né d’Epoques non révolues mais du chemin vertical qui en est issu

Une deux voies

En confluent

Canal de suées élargissant l’estuaire aux cerfs-volants

Rosée d’hibiscus à l’assaut des barbaries en circulation aux cordes vocales philosophiques.

Cette peinture ouvre une nouvelle série :

LE JARDIN D’ABEILLES DE LA GARDIENNE

Niala-Loisobleu – 10 Mai 2021

« LA GARDIENNE DES ABEILLES » – NIALA 2021 – ACRYLIQUE S/TOILE 65X54


« LA GARDIENNE DES ABEILLES »

NIALA 2021

ACRYLIQUE S/TOILE 65X54

Ces fleurs sans lesquelles le pouls de ma couleur s’éteindrait promènent leur souffle de la Normandie jusqu’aux débords de la terre en absolu

Les trains que le regard des meuhs pose de gare en gare sont de voix universelle

Aux falaises des bordures le bleu dispense sans limites

Parfums charnels en résidence aux vents se déplacent à dos de plume de l’oiseau nidifiant

Sauver l’abeille est le bon soldat

Je t’en fais gardienne toi ma parolière sensible qui déplace l’inutile au sites de consommation de l’artificiel bête et m’aime pas animal

Du silence né l’intelligence est naturelle

Suc de fleur pour la trompe seul à ne pas mentir

Volons de concert.

Niala-Loisobleu – 10 Mai 2021