LES MAINS PLEINES


LES MAINS PLEINES

Dans les arabesques du temps mes mains t’ont cueillies

Et là où le ruisseau de joie butait au barrage d’un éboulis l’oeil de l’arbre germait

On souffre au loin à ne pas lire le rapprochement qu’offre l’absence

Dans le soutien-gorge clôture cet intérieur du sein est grand ouvert

Le vol au-dessus de la couche ténébreuse

Arrive la peinture de ce motif de sphère avec

Tous les instruments anciens

Une place pour la Genèse.

Niala-Loisobleu – 8 Mai 2021

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.