José González – Visions


José González – Visions

Visions

Des visions
Visions

Essayer de donner un sens au maintenant
Trying to make sense of the now

Essayer de donner un sens au passé
Trying to make sense of the past

Pour nous montrer comment
To show us howDes visions
Visions

Imaginer les mondes qui pourraient être
Imagining the worlds that could be

Façonner une mosaïque de destins
Shaping a mosaic of fates

Pour tous les êtres sensibles
For all sentient beingsDes visions
Visions

Cycles de croissance et de décomposition
Cycles of growth and decay

Chaînes d’événements en cascade
Cascading chains of events

Sans personne à louer ou à blâmer
With no one to praise or blameDes visions
Visions

Souffrance et douleur évitables
Avoidable suffering and pain

Nous avançons patiemment notre chemin
We are patiently inching our way

Vers des utopies inaccessibles
Toward unreachable utopiasDes visions
Visions

Asservi par les forces de la nature
Enslaved by the forces of nature

Élevé par des réplicateurs stupides
Elevated by mindless replicators

Mis au défi de diriger notre destin collectif
Challenged to steer our collective destinyDes visions
Visions

Regardez la magie de la réalité
Look at the magic of reality

En acceptant en toute honnêteté
While accepting with all honesty

Que nous ne pouvons pas savoir avec certitude ce qui va suivre
That we can’t know for sure what’s nextNon, nous ne pouvons pas savoir avec certitude ce qui va suivre
No, we can’t know for sure what’s next

Mais que nous sommes dans le même bateau
But that we’re in this together

Nous sommes ici ensemble
We are here togetherNous sommes ici ensemble
We are here together

Nous sommes ici ensemble
We are here together

Oh, nous sommes ici ensemble
Oh, we are here together

Nous sommes ici ensemble
We are here together

A TRAME DE LIN


A TRAME DE LIN

La première je m’en souviens des tendretés que ses maladresses nouaient

sous le regard et dans la voie de Louis-Michel elle ouvrait le silence dans le tremblement des bombardements de Noisy-le-Sec

Rugueuse comme un sac à patates et prête à contenir les germes ‘abondances comme de disettes

Je m’en souviens comme plus souvent un tirage des reins du cheval resté sauvage pour dépasser le labour en récolte

Des maisons il en est passé à pleins villages et assauts en gratte-ciel à bord de l’imaginaire révolutionnaire prompt à déplacer l’inerte

Au féminin majuscule le genre noble toujours

Les quatre coins du monde n’ont jamais pu casser mon double-anneau à Paname et Moëze-Oléron

arrivé là au jour d’huis c’est la boîte de couleur qui parle sans crécelle, une voix de papillon pour indiquer la direction à suivre debout, un saut périlleux dans la franchise de l’aveu, des couronnes aux Je Nous à l’arrivée, une niaque paradoxale qui renvoie les coups devant le tribunal de leur glace, une chanson en appendice au bas-du-ventre pour déglacer l’ô tel du Nord afin que l’amour ne passe pas du mauvais côté de l’atmosphère

Ah lin de nèfle…

Niala-Loisobleu – 24 Avril 2021

« PRINTEMPS »- NIALA 2021 – ACRYLIQUE S/TOILE 46X38


« PRINTEMPS »

NIALA

2021

ACRYLIQUE S/TOILE 46X38

Le sable aspergé de mimosa pointe à l’arête des tuiles en joyeux zigs-zags

des pensées fleuries sur la palette

Les arbres font cortège en jetant le rire à la poignée des branches

tête coiffée de capelines vertes

la porte a repris derrière elle les poussières des mauvais moments, les plus froids laissés en quarantaine

pour laisser à cette enfance la jouissance de son pouvoir magicien

Mont-St-Michel en relâche le temps de sa métamorphose

L’oiseau n’a pas a chercher

l’oeuf le suit où qu’il se rende

avant que l’été ramène ses moissons, la fenaison aura rebâti ses meules en bordure de chants

pour que les bateaux de papier se remettent à flots

Dans mon grenier reste de tout ce que j’ai pu semer

dans la remise l’araire est pourvu

quant au cheval il graisse la chaîne pour un autre tour de vélo…

Niala-Loisobleu – 24 Avril 2021

VISAGE DÉTENDU


VIAGE DETENDU

Le clou rouillé du chemin se rabat sous les coups du pouls joyeux

Rien ne tendra de corde au prétexte de rage, chien ne craint pas l’arbre déroute de vacances et cours à suivre un jeu avec le printemps

Tes couleurs ne sauraient pas plus mentir que ton cœur qui les choisit.

Niala-Loisobleu – 24 Avril 2021