SÈCHERESSE


SÈCHERESSE

Déjà le vent se crispe sur la roche
La colline assoiffée dénude ses cailloux
Un vieil épouvantail qui parle encore
S’acharne à mains nues
Pour dresser un muret

Une tour sans orgueil
Allonge sur le flanc
Son rempart décharné

Un olivier pleure comme un saule
Si seul
À moitié déplumé
Et songe à déserter

Et ce rêve qui poursuit les gens
Un jour peut-être
On pourra se laver.

2011-04

Marcel Faure

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.