Sentir la maille en se passant des aiguilles


Sentir la maille en se passant des aiguilles

Comme ça, pour rien et twoo, à la traîne d’une libellule ouvrir l’éphémère d’un redéploiement des faits secondaires. Si je mourrais d’un coup dans cet instant illimité par l’amour. Sans voir le mauvais côté des choses, sentir le troisième bras prendre le cou, la cinquième jambe remonter son je nous, couvert par l’herbe bien au-dessus du front, les deux oreilles dans ton sein gauche l’autre rebondissant dans la cour de tes fesses à plus de dix kilomètres et toi riant sur mon échasse, à calin-paillard reconnaissant dans n’importe quel noir tout ce qui braille en alphabet

Vivre c’est l’en vers

Sentir la maille en se passant des aiguilles

Au net avec tout

Inspiré

Sans tant limité

Ô de là

Le papillon boucle la scène, tout contre la fleur qui embouche l’abeille, sans voir la loutre qui joue à la nage. Rien des cris sur la pancarte, discrétion oblige. Le chemin doit rouler aux mouvements de croupe de la pouliche. A l’orée l’estuaire s’est largi, peint parasol en huppe.

Niala-Loisobleu – 6 Avril 2021

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.