LES GRANDS FÉTICHES


LES GRANDS FÉTICHES

I

Une gangue de bois dur
Deux bras d’embryon
L’homme déchire son ventre
Et adore son membre dressé

II

Qui menaces-tu
Toi qui t’en vas
Poings sur les hanches
A peine d’aplomb
Juste hors de grossir?

III

Noeud de bois

Tête en forme de gland

Dur et réfractaire

Visage dépouillé

Jeune dieu insexué et cyniquement hilare

IV

L’envie t’a rongé
Je menton

La convoitise te pipe

Tu te dresses

Ce qui te manque du visage

Te rend géométrique

Arborescent

Adolescent

v

Voici l’homme et la femme

Également laids également nus

Lui moins gras qu’elle mais plus fort

Les mains sur le ventre et la bouche en tire-lire

VI

Elle

Le pain de son sexe qu’elle fait cuire trois fois par jour

Et la pleine outre du ventre

Tirent

Sur le cou et les épaules

VII

Je suis laid!

Dans ma solitude à force de renifler l’odeur des filles

Ma tête enfle et mon nez va bientôt tomber

VIII

J’ai voulu fuir les femmes du chef

J’ai eu la tête fracassée par la pierre du soleil

Dans le sable

Il ne reste plus que ma bouche

Ouverte comme le vagin de ma mère

Et qui crie

IX

Lui

Chauve

N’a qu’une bouche

Un membre qui descend aux genoux

Et les pieds coupés

x

Voici la femme que j’aime le plus

Deux rides aiguës autour d’une bouche en entonnoir

Un front bleu

Du blanc sur les tempes

Et le regard astiqué comme un cuivre

British
Muséum,
Londres, février 1916.

Blaise Cendrars

DE LA SYBILLE DE PAUL A TON JARDIN 2


DE LA SYBILLE DE PAUL A TON JARDIN 2

Trempé dans la cerise, l’eau de vie se noyaute

avant de se balancer en boucle aux oreilles de l’estuaire

Rose roc in chair

dans un battement d’elle

l’horizon étale son littoral de propositions

Ton visage à la toile réunit les préférées des abeilles

et les tiennent embrassées

au point d’éperonner le cheval à la hanche de l’orée

Bruit d’eau

grenouille

arrive un lotus en position du tireur debout

Paul s’est recueilli

entre

l’image visionnaire

Tu marches sur les mains d’un violoncelle

dos large

et fesses cambrées

Remonte le long de moi un phrasé de Rostropovich

Niala-Loisobleu – 30 Avril 2021

MATINALES DRILLES


MATINALES DRILLES

Cordon ombilical non coupé ils s’élèvent en exhalaisons d’eucalyptus

papiers d’Arménie débordant en spirales de fumées à identifier

Le pas japonais du cheval laboure en corps le chant auroral

petit-pont

dos d’âne

comment s’y retrouver dans tous ses nés nus phares qui jubilent à l’idée d’allumer des vitrines incertaines

Niala-Loisobleu – 30 Avril 2021

BESTIAIRE DES AMANTS


linkedin sharing button

BESTIAIRE DES AMANTS

Amants endormez-vous après de tendres soins serrez-vous aimez-vous vos rêves iront loin Bien au-delà du jour au profond du sommeil du bon-chaud de l’amour renaîtra le soleil
Un écureuil viendra Entre vos deux orteils un lézard glissera Tous vos amis de nuit la loutre et le renard le chat et la fourmi accourront sans retard à pas feutrés de
rêve jusqu’au chant de l’alouette et se mélangeront sans mordre ni crier au jaune hérisson à la fauvette huppée Les hôtes amicaux

viendront à pas feutrés

jusqu’au cocorico

d’un grand coq très distrait

qui chassera enfin

cette ménagerie

que la soif ni la faim

n’auront jamais surpris

Sur la main de l’enfant aimée un rossignol vient et se pose (La gazelle viendrait aussi mais elle a peur et elle n’ose)

La truite et le chien de mer

s’en vont naviguant de conserve

Le toucan l’étoile de mer

restent tous deux sur la réserve

Devant le bélier qui insiste

pour que le chat touche à ses cornes

ne sachant trop si elle existe

longuement pleure la licorne

La taupe et le corbeau

s’en vont à petits pas

Le renard les chevaux

marchent tout près du rat

et la chauve-souris

veille sur la dormeuse

tandis qu’une perdrix

lui chante une berceuse

La girafe et le chien

le lion le pangolin

le zèbre et la vigogne

flairent les endormis les lèchent doucement et parlent en amis aux fidèles amants qui s’éveillent enfin lorsque le réveil sonne et leur rend leur matin de vraies grandes
personnes..

Claude Roy

People Have the Power – Patti Smith


People Have the Power – Patti Smith

Je rêvais dans mon rêve
I was dreaming in my dreaming

D’un aspect clair et juste
Of an aspect bright and fair

Et mon sommeil était cassé
And my sleeping it was broken

Mais mon rêve s’est attardé près
But my dream it lingered near

En forme de vallées brillantes
In the form of shining valleys

Où l’air pur reconnu
Where the pure air recognized

Et mes sens nouvellement ouverts
And my senses newly opened

Je me suis réveillé au cri
I awakened to the cry

Que les gens ont le pouvoir
That the people have the power

Pour racheter le travail des imbéciles
To redeem the work of fools

Sur les doux la douche de grâces
Upon the meek the graces shower

C’est décrété la règle du peuple
It’s decreed the people ruleLes gens ont le pouvoir
The people have the power

Les gens ont le pouvoir
The people have the power

Les gens ont le pouvoir
The people have the power

Les gens ont le pouvoir
The people have the powerLes aspects vengeurs sont devenus suspects
Vengeful aspects became suspect

Et se pencher bas comme pour entendre
And bending low as if to hear

Et les armées ont cessé d’avancer
And the armies ceased advancing

Parce que les gens avaient leur oreille
Because the people had their ear

Et les bergers et les soldats
And the shepherds and the soldiers

Allongez-vous sous les étoiles
Lay beneath the stars

Échanger des visions
Exchanging visions

Et portant les armes
And laying arms

Pour gaspiller dans la poussière
To waste in the dust

En forme de vallées brillantes
In the form of shining valleys

Où l’air pur reconnu
Where the pure air recognized

Et mes sens nouvellement ouverts
And my senses newly opened

Je me suis réveillé au cri
I awakened to the cryLes gens ont le pouvoir
The people have the power

Les gens ont le pouvoir
The people have the power

Les gens ont le pouvoir
The people have the power

Les gens ont le pouvoir
The people have the powerOù il y avait des déserts
Where there were deserts

J’ai vu des fontaines
I saw fountains

Comme la crème, les eaux montent
Like cream the waters rise

Et nous nous sommes promenés là-bas ensemble
And we strolled there together

Sans personne pour rire ou critiquer
With none to laugh or criticize

Et le léopard
And the leopard

Et l’agneau
And the lamb

Lay ensemble vraiment lié
Lay together truly bound

J’espérais dans mon espoir
I was hoping in my hoping

Pour me rappeler ce que j’avais trouvé
To recall what I had found

Je rêvais dans mon rêve
I was dreaming in my dreaming

Dieu connaît une vision plus pure
God knows a purer view

Alors que je m’abandonne à mon sommeil
As I surrender to my sleeping

Je te confie mon rêve
I commit my dream to youLes gens ont le pouvoir
The people have the power

Les gens ont le pouvoir
The people have the power

Les gens ont le pouvoir
The people have the power

Les gens ont le pouvoir
The people have the powerLe pouvoir de rêver, de régner
The power to dream, to rule

Pour lutter contre le monde des imbéciles
To wrestle the world from fools

C’est décrété la règle du peuple
It’s decreed the people rule

C’est décrété la règle du peuple
It’s decreed the people rule

Ecoutez
Listen

Je crois tout ce dont nous rêvons
I believe everything we dream

Peut venir passer par notre union
Can come to pass through our union

Nous pouvons changer le monde
We can turn the world around

Nous pouvons transformer la révolution de la terre
We can turn the earth’s revolution

Nous avons le pouvoir
We have the power

Les gens ont le pouvoir
People have the powerLes gens ont le pouvoir
The people have the power

Les gens ont le pouvoir
The people have the powerLe pouvoir de rêver, de régner
The power to dream, to rule

Pour lutter contre le monde des imbéciles
To wrestle the world from fools

C’est décrété la règle du peuple
It’s decreed the people rule

C’est décrété la règle du peuple
It’s decreed the people rule

Nous avons le pouvoir
We have the power

Les gens ont le pouvoir
People have the power

Nous avons le pouvoir …
We have the power…

DE LA SYBILLE DE PAUL A TON JARDIN 1


DE LA SYBILLE DE PAUL A TON JARDIN 1

Quelque soit le temps

toujours le roulement de ton train sur les rails de l’espace

tacata de paroles de silence traversé de jeux de lumières

des troupeaux le berger avec son chien est le seul qui soit visible

L’étalage retenu en quarantaine

sans rien sur le corps laisse l’haleine pour se couvrir

mais l’oeil a son trépan que la sensibilité actionne

La surréalité sans laquelle rien des auteurs ne s’écrirait abolit le non transit

ils se traversent en parallèle de leur voie faire et

sans frustration ordinaire des caténaires qu’aucun problème hydraulique n’écluse

Sybille a tout révélé à Paul dès sa première fois

après qu’elle ait vu sa véritable identité et senti qu’on ne dépasse ses manques quand les montant à cru et non en Amazon

L’home branchu de l’oiseau tient porte-ouverte et l’être somnambule vêtu de noir se détourne.

Niala-Loisobleu – 29 Avril 2021

COMME PEINT D’EPICES


COMME PEINT D’EPICES

Au pont de singe qui passe la ravine de la fissure terrestre, accroché aux herbes aromatiques qui s’échappent

je balance à la tige sauvage de ce fenouil des routes

Toutes sortes de papillons en escadre flottante , fleurs d’abeilles mettant un si pour réponse

mon petit-cochon tire lyre au bout des doigts

Champêtre le lin touffe de bleus pompons chaque pas du jour, l’Avril en fin de course du poisson bien obligé de tout montrer de vrai sans canular

Ce sera au naturel, défense de se montrer autrement qu’à nu

Tournez manèges

chevaux de bois entre les cuisses du moi des cerises.

Niala-Loisobleu – 29 Avril 2021

« COUP DE SOLEIL » – NIALA 2021 – ACRYLIQUE S/TOILE 46X38


« COUP DE SOLEIL »

NIALA

2021

ACRYLIQUE S/TOILE 46X38

J’ai attrapé un coup d’soleil
Un coup d’amour, un coup d’je t’aime
J’sais pas comment, faut qu’j’me rappelle
Si c’est un rêve, t’es super belle
J’dors plus la nuit, j’fais des voyages
Sur des bateaux qui font naufrage
J’te vois toute nue sur du satin
Et j’en dors plus, viens m’voir demain

Jamais été si richard

je livre de la jungle à qui veut sortir de son hlm

en franco de pores

dans ce qui n’est pas là

mais le soleil que tu fais

crois-moi

n’a rien d’artificiel

à voir comme tu fleures mon marais c’est que du sel au carreau !

Niala-Loisobleu – 28 Avril 2021