LANGUE DE TAIRE


LANGUE DE TAIRE

Rugueuse cette bande de peine insulte se décroche du deuil des ongles de son épave

les derniers rouleaux en chant pognent à scalper la méchanceté pour n’en demeurer que la partie de sel au cuir tanné

qui fit mine d’opale à basse-côte

La barre du contre-courant en retenant le pont démâté dévoile l’espoir pour que le cri des oiseaux-marins lâche le frottement des élingues comme une corne de partance du noyé accroché au flottant salvateur

Les femmes raccrochent les remorques aux vélos pour venir au port saluer le retour de campagne de pêche des morutiers

On a rentré les étendards et bannières de procession dans les placards des enclos paroissiaux en taisant le blasphème pour qu’il n’entache plus la rime de voix communes. De la grève monte un rayon d’Est virevoltant comme plume

L’Isthme pointe à sa branche son oeil de printemps.

Niala-Loisobleu – 1er Mars 2021

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.