Cathedral Song – Tanita Tikaram


Cathedral Song – Tanita Tikaram

Je t’ai vu de la cathédrale
Tu me regardais
Oui j’ai vu de la cathédrale
Ce que je devrais être

Alors prends mon temps
Et prends mes mensonges

Car
tous les autres veulent me prendre la

vie

Et je te regarde avec une intention, basique
C’est pareil pour toi
tu tiens ta main
Et tout va bien – lacé et que
veux-tu me faire faire?

Alors prends mon
tempsEt prends mes mensongesCar
tous les autres veulent me prendre la vie

Sérieux pour l’hiver

Pour
arracher mon âme
du coton entier, des oreilles de coton entierMais
je sais qu’il doit y
avoir

Il doit y avoir, oui, je sais qu’il doit y avoir un endroit où

aller

Et tu m’as vu de la cathédrale
Eh bien, je suis un cœur ancien
Oui, tu m’as vu de la cathédrale
Eh bien ici nous sommes juste en train de s’écroulerTu

m’attrape
je suis fatiguéJe
veux tout ce que tu

esEt je t’ai vu de la cathédrale

Tu
me
quittais la cathédrale
Vous ne pouvez voir voir

donc prendre mon temps
et prendre mes mensonges
de

Cos tous les autres veulent prendre ma vie

Je t’ai vu depuis la cathédrale
Tu me surveillais
Oui j’ai vu depuis la cathédrale
Ce que je devrais être.

Alors prends mon temps
Et accepte mes mensonges
Parce que tous les autres, c’est ma vie qu’ils veulent prendre.

Et je t’observe avec un attentif, primitif
Et toi aussi
Tu tiens ta main
Et tout va très bien, ??? dentelles ??? et
Qu’est-ce que tu me ferais faire

Alors prends mon temps
Et accepte mes mensonges
Parce que tous les autres, c’est ma vie qu’ils veulent prendre.

Sérieuse pour que l’hiver
pneu fortement sur mon âme
Tout en coton, des oreilles tout en coton
Mais je sais qu ‘
Je sais qu’il doit y avoir, oui, je sais qu’il doit y avoir un endroit où aller.

Et tu m’as vue depuis la cathédrale
Eh bien, je suis un très vieux coeur
Oui, tu m’as vue depuis la cathédrale
Eh bien, nous sommes tout simplement en train de tomber en morceaux.

Tu m’attrapes
Je suis fatiguée
Je veux tout ce que tu es.

Et j’ai vu depuis la cathédrale
[que] tu me quittais
Oui j’ai vu depuis la cathédrale
Que tu ne pouvais pas voir pour voir.

Alors prends mon temps
Et accepte mes mensonges
Parce que tous les autres, c’est ma vie qu’ils veulent prendre.

A LA PERTE DE VUE


A LA PERTE DE VUE

L’arbre se mélange aux fruits venus de branches écartées du goût de la reconnaissance

confusion du poème avec l’avis de mobilisation générale probable mais pas éventuelle

quand je sentis sans le voir, le tétras disparaître une promotion de canard venus de la grippe aviaire tombait sur les médias

Je suis ici

Où sont les autres?

Echo de geste en geste

Chaîne électrisée ou inerte

Rupture du rythme solitaire

Quels sont ceux qui meurent et ceux qui naissent

Pendant que ma plume court sur le papier?

Vicente Huidobro

Alors de sous ta jupe j’ai tiré l’échelle meunière et suis monté au refuge du soleil

mon dernier oeil en besoin d’entendre la présence non artificielle des feuilles, des torrents, des sensations de rideaux qui se lèvent, du souffle quand l’herbe se prépare à faire rire un enfant

la chaleur de la ligne qui va d’un bout à l’autre de l’empan

sans le moindre regard aux fuseaux déserteurs des pendules.

Niala-Loisobleu – 25 Janvier 2021

LA LUMIÈRE ET LHEURE


facebook sharing button
Andrée Lacelle

LA LUMIÈRE ET L’HEURE

Quand j’écris, quand je parle, où s’inscrit la limite ?
Inutile de chercher à séparer l’inséparable.

Entre vie et mort, de manière absolument tragique, j’exagère allègrement,
et cela me donne des ailes. Pour mieux tomber.

Comment naître de cette mort, cette inconnue qui détient le sens de ma vie ?
À chaque seconde, dans mon cœur, elle rebondit.

Je suis une parleuse et je déparle.
Simplement, je rythme ma chute.

….

Jour d’océan
Sur l’iris du temps
J’avance
Dans les parfums de l’enfance

Dans la perte fixe de mes racines
Dans l’invisible
De précipice en poussière
Je me cale sur le silence
Des mes contraires
Je respire le nu de mes cendres

Au futur simple
L’Ouvert

Andrée Lacelle

facebook sharing button
twitter sharing button
pinterest sharing button
linkedin sharing button

MON CHEVAL AILE


MON CHEVAL AILE

J’ai dormi, des pâturages blancs dans les bras

mettant la distance entre les barrières qui me les rabattent

en posant leur indifférence comme une décharge sauvage

Aux mesures qui nous guettent mon cheval montre comme il en a

haras

comme un vrai scout bi doux, prêt à sauter…

Niala-Loisobleu – 25 Janvier 2021