MARQUES AÏEULLES


MARQUES AÏEULLES

La nitre s’est vue devancée par la résistance du concept d’élevage de mes grands-parents. Bistre aux yeux ils ont eu à pleurer pour le tort que la vie leur a largement fait sans qu’aux tranchées boueuses ils ne se laissent l’un et l’autre emportés. Quand on déteste la guerre et qu’on la subi plus que nécessaire on remonte son carillon wesminster autrement qu’une carabine. Il sonne dans la loge où j’ai grandi, de manière à garder mon âme d’enfant observateur du système planétaire. La charrette et la bricole pour traverser Paris ça fait pas le même entrain au concept qu’un passage aux vitrines de la mode. Les façades ouvrent leurs murs et parlent, l’histoire humaine ça tient assis au bord du pouls . On fait d’abord et les voeux seulement après. Balthazar tenait les Halles, sacré poumon autour du Louvre. Quand Pompidou a planté ses tuyaux à la place, ça n’a pas fait des manches à air, mais le début du masque qui vient museler l’histoire. puis la voiture à couper les pieds du marcheur de Seine pour un tueur d’ozone et de ceinture verte. Mais moi, j’ai pas senti venir la fin comme un avenir. J’ai été joué au bord de la mer, avec mes camarades de rêve L’amour n’a pas jeté sa robe aux orties, j’ai gardé mon genre de préférence du départ. Marthe et René sont justes passés à côté sans partir. T’aimes bien que je te dises ce tant là. Tes perdrix remontent la poitrine d’un souffle qui la fait fruitière comme un cerisier. Ton oeil a une voix sans problèmes, l’enfant vit sans être roi.

Niala-Loisobleu – 2 Janvier 2021

2 réflexions sur “MARQUES AÏEULLES

Les commentaires sont fermés.