3 réflexions sur “ET LA LÈVRE PRÊTE

  1. du peint du jour….

    En attendant que le feu se déclare
    Dans les combles et au-dessus du toit,

    Pour effacer le feuillage fébrile

    Qui s’épanche hors des murs et croule dans la mer,

    Pour maintenir le sentier blanc
    Sous une grêle silencieuse,

    Pour détacher l’inintelligible fragment,
    Que ne trahit que sa couleur imprécatoire,

    Pour atteindre le bois de votre porte hostile,
    Pour entamer le froid de votre cœur muré,

    La mèche lente et l’huile pauvre de ma voix,
    Veilleuse au jardin le plus bas, Evocatrice balbutiante de la tour.

    Jacques Dupin

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.