L’EPOQUE 2020/51: DU BLEU RETOUR


Après les Époques 2018 et 2019, voici le cinquante et unième de cette nouvelle Époque 2020 avec BARBARA AUZOU : DU BLEU RETOUR  . Merci de considérer que le poème est indissociable du tableau et vice-versa…

L’EPOQUE 2020/51″Du Bleu Retour »
Niala
Acrylique s/toile 55×46

 

bleu non-essentiel disaient-ils

ceux qui s’occupaient à noircir l’aurore

et bien le bonjour selon la coutume

j’ai mal à nos yeux 

décembre emplit le ciel de ses lianes d’indifférence

de larmes d’onglées et d’infortune

en attendant d’être au complet sur un sursaut de lune

dis-moi l’amble de l’amour encore

et le cycle renouvelé du cheval

dis-moi qu’il recommence joyeux indéfiniment

et qu’à chaque pas poussé plus avant

il devient simplement notre démarche

le fossé à franchir en plein coeur de la vie

l’écurie humaine nettoyée de son propre scandale

la laine pour la robe de celui qui la rêve

dans sa maison qu’il arrache à un coin tricoté d’éternel

 

Barbara Auzou.

5 réflexions sur “L’EPOQUE 2020/51: DU BLEU RETOUR

  1. LA GRANDE PASSACAILLE

    Écoute le roulement des galets dans la mer !

    Hors les murs nus de l’être prolongeant

    la hantise de la musique muette,

    soudain murmurent en nous les flûtes du crépuscule.

    Dans le passage de notre souffle mortel

    les mots tracent le sens que nous espérions rencontrer

    en explorant du regard

    chaque soir chaque matin qui hennit en plein ciel –

    la bouche ouverte boit

    le vent pluvieux toujours resurgissant,

    le vent qui vient d’ailleurs

    et porte en soi comme une absence

    le silence pareil au germe jaillissant

    hors du commencement sans visage et sans lieu :

    respirer de nouveau, plonger dans le temps fabuleux des noces

    où s’étreignent le jour et la nuit emmêlés.

    Afflux divin du livre qui en porte le rythme

    comme une lame de fond arrachée au ventre de la mer,

    chevaux d’écume dansant, caracolant, puis tout à coup

    se cabrant pour jouir

    jusqu’à la crête mortelle et blanchissante du ressac.

    .

    Claude Vigée

    Aimé par 2 personnes

    • Merci Delphine
      Sans rien réclamer recevoir prend l’exacte dimension
      Ton com est l’acte en sa totalité
      Merci en retour je te souhaite rien de ce qui est promis pour du vent et tout ce à quoi on s’acharne
      Je t’embrasse comme un âne bleu sait faire la bonne ânée…

      Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.