IL Y A PROMESSE


IL Y A PROMESSE

Reprenant la taille en rangeant les brutalités de Bella dans les promos d’une bande sado-maso; j’enfile le velours côtelé de mon pantalon aux charpentes de tes marines à proximité des anglo-normandes.. La Chaume couvre l’étang d’un vol planant. Au torchis se mêle le procédé d’un colombage pérenne. Dans la venelle les chevaux tirent les Pink Floyd d’une réflexion symbolique relative à l’état des us et coutumes d’aujourd’hui. Au-dessus du village lacustre je t’invite à planter les herbes aux effets magiques n’ayant rien d’hallucinogène. Le shaman n’est pas un sorcier. Il m’a appris à greffer l’arbre pour une promesse. En trouvant l’endroit où les pierres à feu donneront aux vignes ce goût de fusil propre à allumer les sens. Car il me manque d’avoir le feu de tes lèvres pour satisfaire mon âme-amadou. Dans la rime du chemin pris, un soupçon de mélancolie tient en veille la tendresse au moment où le volcan se manifeste. On dit que sur le fleuve il peut toujours y avoir un envahisseur ayant une galère à lancer. Pendant que je compte les fleurs de ton pyjama, j’entends germer le haricot que nous avons gardé pour Ernesto. Il est dehors à distribuer des tracts pour la grève des écoles Le troisième confinement rigole dans son coin. Sous les voiles de protection antigel les fleurs sont plus vives qu’en été. La neige voudrait réorganiser la saison. Débarrasse la table qu’on fasse du s’qui rend la vie autrement qu’à bouffer que dans les assiettes .

Niala-Loisobleu – 29 Décembre 2020

TRESSAGE D’ATTENTES


facebook sharing button
twitter sharing button
linkedin sharing button

TRESSAGE D’ATTENTES

C’est un provençal qui rêvait de pluies normandes

A l’ombre de vieux imprudents sublimes

Dans les pérégrinations des solitaires en convoi

Entre la précipitation et le délai

A l’écoute du sensible aux aguets du balbutié

Dans les investigations des laboratoires en détresse

Entre la lenteur et l’explosion

Astronome chroniqueur enlumineur éclairagiste

Dans les révolutions des pays en exil

Entre le paraphe et le commentaire

Calligraphe parodiste portraitiste météorologue

Trouvant le germe où d’autres n’avaient fouillé que des tombes

Entre l’aspersion et la bibliographie

glossateur artisan jardinier constructeur

Trouvant le dialogue où d’autres n’avaient prévu que la joute

C’est un écrivain qui transcrit les peintures pour la rumeur

Patient fouineur aventurier organisateur

Trouvant le passage où d’autres n’avaient bâti que des chicanes

C’est un peintre qui interroge les écrivains sur les peintres

Au fil du foyer au coeur de la marge

Trouvant l’oeil ou d’autres n’avaient cherché que des échos

C’est un parisien se baignant dans des pépites d’Italie

Au soleil de jeunes mémoires imperturbables

Dans les multiplications des imaginations de l’amou

Michel Butor

facebook sharing button
pinterest sharing button

What a Difference a Day Make – Eddie Higgins Trio


What a Difference a Day Make – Eddie Higgins Trio

Quelle différence une journée fait
What a difference a day makes

Vingt-quatre petites heures
Twenty-four little hours

J’ai apporté le soleil et les fleurs
Brought the sun and the flowers

Là où il y avait de la pluie
Where there used to be rainMon hier était bleu, cher
My yesterday was blue, dear

Aujourd’hui je fais partie de toi, chérie
Today I’m a part of you, dear

Mes nuits solitaires sont terminées, chérie
My lonely nights are through, dear

Depuis que tu as dit que tu étais à moi
Since you said you were mineQuelle différence une journée fait
What a difference a day makes

Il y a un arc-en-ciel devant moi
There’s a rainbow before me

Le ciel au-dessus ne peut pas être orageux
Skies above can’t be stormy

Depuis ce moment de bonheur, ce baiser passionnant
Since that moment of bliss, that thrilling kissC’est le paradis quand tu trouves la romance dans ton menu
It’s heaven when you find romance on your menu

Quelle différence une journée a fait
What a difference a day made

Et la différence c’est toi
And the difference is youQuelle différence une journée fait
What a difference a day makes

Il y a un arc-en-ciel devant moi
There’s a rainbow before me

Le ciel au-dessus ne peut pas être orageux
Skies above can’t be stormy

Depuis ce moment de bonheur, ce baiser passionnant
Since that moment of bliss, that thrilling kissC’est le paradis quand tu trouves la romance dans ton menu
It’s heaven when you find romance on your menu

Quelle différence une journée a fait
What a difference a day made

Et la différence c’est toi
And the difference is youSource : MusixmatchParoliers : Adams Stanley

TRAVERSEES


TRAVERSEES

La dalle relaie les passages

j’étais aux volets dans la gifle du vent

quand la peau de l’air s’est remplie de tes mots

Le feu en équilibre sur les gouttes c’est à ne pas croire

pourtant au grand écart le ballet des flammes crépite au foyer

En posant sa mine à ma joue le crayon trace ton interview au centre de la poésie

ce qui dénude le mauvais temps en peau aime soulignant au nombril sa marque intentionnelle

Niala–Loisobleu – 28 Décembre 2020

LE COU DU PARAPLUIE


LE COU DU PARAPLUIE

Je remonte, marre du temps de merde en haut des grincements de l’apporte des outils mis en cabane, la brouette rigole comme une galipette et la bêche plante-là tout simplement la question sans réponse. Au fil à coudre le cahier à anneaux à grands carreaux donne sur la mer, en large baie

Naviguer sur tes pôles à la saignée du cou

C’est pas l’Amérique et son rêve prétendu

juste une relation vraie entre la réalité et le désir de courir avec le chien dans la partie montante du monde

La dernière me laisse tout allumé

PAPILLON

C’est curieux

Depuis deux jours que nous sommes en vue des terres

aucun oiseau n’est venu à notre rencontre ou se mettre

dans notre sillage
Par contre
Aujourd’hui
A l’aube

Comme nous pénétrions dans la baie de
Rio
Un papillon grand comme la main est venu virevolter

tout autour du paquebot
D était noir et jaune avec de grandes stries d’un bleu

déteint

Blaise Cendrars

Aux rides de ton âge je me suis mis à courir comme cheval sauvage d’un bout à l’autre de la steppe de ton dos.

Nala-Loisobleu – 28 Décembre 2020

LA CORNE VIVANTE


LA CORNE VIVANTE

J’ai tenu ton âge à mon rivage remplir sa cale

Et il y eut une chair habillée de l’arbre vivant

qui prit le large

Plus intérieure que la chair comme le blé fait le pain

Il y eut une source sortie des sueurs de l’herbe

prête pour le pouvoir-spirituel

ouvrant son verger pour que le fils assume sa lumière.

Niala-Loisobleu – 28 Décembre 2020

CHOISIR LA BONNE ANNEE


9bafcf864d845df3e341cdc28f7d0292

CHOISIR LA BONNE ANNEE

VŒUX

J’ai longtemps désiré l’aurore

mais je ne soutiens pas la vue des plaies

Quand grandirai-je enfin?

J’ai vu la chose nacrée : fallait-il fermer les yeux?

Si je me suis égaré conduisez-moi maintenant heures pleines de poussière

Peut-être en mêlant peu à peu la peine avec la lumière avancerai-je d’un pas?

(A l’école ignorée

apprendre le chemin qui passe

par le plus long et le pire)

II

Qu’est-ce donc que le chant?
Rien qu’une sorte de regard

S’il pouvait habiter encore la maison à la manière d’un oiseau qui nicherait même en la cendre et qui vole à travers les larmes!

S’il pouvait au moins nous garder jusqu’à ce que l’on nous confonde avec les bêtes aveugles!

III

Le soir venu rassembler toutes choses dans l’enclos

Traire, nourrir
Nettoyer l’auge pour les astres

Mettre de l’ordre dans le proche gagne dans l’étendue comme le bruit d’une cloche autour de soi

Philippe Jaccottet

Pour vous, pour les autres

et pour tout

le monde, voici mes voeux….

Niala-Loisobleu – 31/12/18

REPRIS EN 2020

ALAIN BASHUNG – VENUS


ALAIN BASHUNG – VENUS

Alain Bashung

Là un dard venimeux
Là un socle trompeur
Plus loin
Une souche à demi-trempée
Dans un liquide saumâtre
Plein de décoctions d’acide…
Qui vous rongerait les os
Et puis…
L’inévitable clairière amie
Vaste, accueillante
Les fruits à portée de main
Et les délices divers
Dissimulés dans les entrailles d’une canopée
Plus haut que les nues…Elle est née des caprices
Elle est née des caprices
Pommes d’or, peches de diamant
Pommes d’or, peches de diamant
Des cerises qui rosissaient ou grossissaient
Lorsque deux doigts s’en emparaient
Et leurs feuilles enveloppantes
La pluie et la rosée
La pluie et la roséeToutes ces choses avec lesquelles
Il était bon d’aller
Guidé par une étoile
Peut-etre celle-là
Première à éclairer la nuit
Première à éclairer la nuit
Première à éclairer la nuit
Vénus
Vénus
VénusLà un dard venimeux
Là un socle trompeur
Plus loinUne souche à demi-trempée
Dans un liquide saumâtre et d’acide…
Probablement qui vous rongerait les os
Et puis les fruits à portée de main
Et les délices divers
Dissimulés dans les entrailles d’une canopéeElle est née des caprices
Elle est née des caprices
Pommes d’or, peches de diamant
Pommes d’or, peches de diamant
Et ces cerises qui grossissaient lorsque…La pluie et la rosée
Toutes ces choses
Guidées par une étoile
Guidées par une étoile
Première à éclairer la nuit
Vénus
Vénus
Vénus
VénusElle est née des caprices
Elle est née des caprices
Pommes d’or, peches de diamant
Pommes d’or, peches de diamant
Et ces cerises qui grossissaient lorsque…La pluie et la rosée
Toutes ces choses
Guidées par une étoile
Guidées par une étoile
Première à éclairer la nuit
Vénus
Vénus
Vénus
Vénus

ECHOS


ECHOS

A mains prises l’herbe céleste essorée sève le mammifère taurin

entends les trompettes debout sur les gradins

elles poussent la porte du grand alambic du bouilleur de fleurs

un fou-volant qui défie le bûcher en manifestant son enfance sur le banc d’une vieillesse insolente

Par le nombril de Gaïa les percussions tendent leur peau-peinte pendant qu’on lance à l’eau la profondeur de tes mots poétiques

Champagne

voici les bulles de nos cellules heureuses de toucher la paille

Nous vivrons sans masques

seulement nus

dans l’écho-total d’un absolu jardiné sans séparation organique.

Niala-Loisobleu – 27 Décembre 2020

A TOUCHER


Le goût de ton encre sur toute la langue, la tempête est contrainte de rendre la lumière

Rester naturel exorte le pore à étendre l’aromate contre la fadeur

J’ai l’odeur de vos cartes postales au bain d’un Noël dans la cheminée à l’amble

J’affirme un soleil tenu au cœur de la terre pour venir te l’apporter Ain de t’en laisser seule gardienne

Je veux l’empreinte de tes pieds sales dans l’écorce de mon cerisier..:

Niala-Loisobleu – 27 Décembre 2020