What a Difference a Day Make – Eddie Higgins Trio


What a Difference a Day Make – Eddie Higgins Trio

Quelle différence une journée fait
What a difference a day makes

Vingt-quatre petites heures
Twenty-four little hours

J’ai apporté le soleil et les fleurs
Brought the sun and the flowers

Là où il y avait de la pluie
Where there used to be rainMon hier était bleu, cher
My yesterday was blue, dear

Aujourd’hui je fais partie de toi, chérie
Today I’m a part of you, dear

Mes nuits solitaires sont terminées, chérie
My lonely nights are through, dear

Depuis que tu as dit que tu étais à moi
Since you said you were mineQuelle différence une journée fait
What a difference a day makes

Il y a un arc-en-ciel devant moi
There’s a rainbow before me

Le ciel au-dessus ne peut pas être orageux
Skies above can’t be stormy

Depuis ce moment de bonheur, ce baiser passionnant
Since that moment of bliss, that thrilling kissC’est le paradis quand tu trouves la romance dans ton menu
It’s heaven when you find romance on your menu

Quelle différence une journée a fait
What a difference a day made

Et la différence c’est toi
And the difference is youQuelle différence une journée fait
What a difference a day makes

Il y a un arc-en-ciel devant moi
There’s a rainbow before me

Le ciel au-dessus ne peut pas être orageux
Skies above can’t be stormy

Depuis ce moment de bonheur, ce baiser passionnant
Since that moment of bliss, that thrilling kissC’est le paradis quand tu trouves la romance dans ton menu
It’s heaven when you find romance on your menu

Quelle différence une journée a fait
What a difference a day made

Et la différence c’est toi
And the difference is youSource : MusixmatchParoliers : Adams Stanley

TRAVERSEES


TRAVERSEES

La dalle relaie les passages

j’étais aux volets dans la gifle du vent

quand la peau de l’air s’est remplie de tes mots

Le feu en équilibre sur les gouttes c’est à ne pas croire

pourtant au grand écart le ballet des flammes crépite au foyer

En posant sa mine à ma joue le crayon trace ton interview au centre de la poésie

ce qui dénude le mauvais temps en peau aime soulignant au nombril sa marque intentionnelle

Niala–Loisobleu – 28 Décembre 2020

LE COU DU PARAPLUIE


LE COU DU PARAPLUIE

Je remonte, marre du temps de merde en haut des grincements de l’apporte des outils mis en cabane, la brouette rigole comme une galipette et la bêche plante-là tout simplement la question sans réponse. Au fil à coudre le cahier à anneaux à grands carreaux donne sur la mer, en large baie

Naviguer sur tes pôles à la saignée du cou

C’est pas l’Amérique et son rêve prétendu

juste une relation vraie entre la réalité et le désir de courir avec le chien dans la partie montante du monde

La dernière me laisse tout allumé

PAPILLON

C’est curieux

Depuis deux jours que nous sommes en vue des terres

aucun oiseau n’est venu à notre rencontre ou se mettre

dans notre sillage
Par contre
Aujourd’hui
A l’aube

Comme nous pénétrions dans la baie de
Rio
Un papillon grand comme la main est venu virevolter

tout autour du paquebot
D était noir et jaune avec de grandes stries d’un bleu

déteint

Blaise Cendrars

Aux rides de ton âge je me suis mis à courir comme cheval sauvage d’un bout à l’autre de la steppe de ton dos.

Nala-Loisobleu – 28 Décembre 2020

LA CORNE VIVANTE


LA CORNE VIVANTE

J’ai tenu ton âge à mon rivage remplir sa cale

Et il y eut une chair habillée de l’arbre vivant

qui prit le large

Plus intérieure que la chair comme le blé fait le pain

Il y eut une source sortie des sueurs de l’herbe

prête pour le pouvoir-spirituel

ouvrant son verger pour que le fils assume sa lumière.

Niala-Loisobleu – 28 Décembre 2020

CHOISIR LA BONNE ANNEE


9bafcf864d845df3e341cdc28f7d0292

CHOISIR LA BONNE ANNEE

VŒUX

J’ai longtemps désiré l’aurore

mais je ne soutiens pas la vue des plaies

Quand grandirai-je enfin?

J’ai vu la chose nacrée : fallait-il fermer les yeux?

Si je me suis égaré conduisez-moi maintenant heures pleines de poussière

Peut-être en mêlant peu à peu la peine avec la lumière avancerai-je d’un pas?

(A l’école ignorée

apprendre le chemin qui passe

par le plus long et le pire)

II

Qu’est-ce donc que le chant?
Rien qu’une sorte de regard

S’il pouvait habiter encore la maison à la manière d’un oiseau qui nicherait même en la cendre et qui vole à travers les larmes!

S’il pouvait au moins nous garder jusqu’à ce que l’on nous confonde avec les bêtes aveugles!

III

Le soir venu rassembler toutes choses dans l’enclos

Traire, nourrir
Nettoyer l’auge pour les astres

Mettre de l’ordre dans le proche gagne dans l’étendue comme le bruit d’une cloche autour de soi

Philippe Jaccottet

Pour vous, pour les autres

et pour tout

le monde, voici mes voeux….

Niala-Loisobleu – 31/12/18

REPRIS EN 2020