LES GRANDES FOUILLES


LES GRANDES FOUILLES

Dans un bas de dos accroché à la table des matières d’un jour passé, ressort la vie autrement intérieure

Surtout ce qui l’accompagnait d’un sens

Voilà vingt-quatre heures que nous nous cherchons et demain ce sera pire

Ah oui être là sans, c’est du surréalisme d’Etat qui embrouille à se tenir prêt à connaître le changement…

Niala-Loisobleu – 1er Novembre 2020

D’UN CÔTE ET EN ALLANT PLUS LOIN


Georg Baselitz

D’UN CÔTE ET EN ALLANT PLUS LOIN

Les pas ne se comptent plus , ils avancent, des champs à n’en plus finir

la mer enfin entre deux doigts

C’était un fardeau empli de pierres, lourd comme une incompréhension congénitale

le cheval a dit j’irai mais seulement quand l’oiseau s’accouplera au caniveau

Vînt alors la quatrième main en orée, l’eau s’est mise à moudre, on a ôté les pierres pour remplir un grenier de sel.

Niala-Loisobleu – 1er Novembre 202

FIDELITE LOINTAINE


Niala

FIDELITE LOINTAINE

Je descends dans le puits artésien du grand doute
Je traverse une nuit pointillée par tous ceux qui furent là un jour demain n’y seront plus
Mais toi réduite au souffle toujours tu seras là
Toujours je cueillerai l’anémone le soir
Toujours je revivrai au bruit des pas, des voix
Toujours je redirai dans le gouffre : patience
Toujours je te verrai renaître de l’absence.

Georges Haldas