LE MARIN-JARDINIER


« Le Marin-Jardinier » – En cours dans le Jardin de Niala ce 23 Octobre 2020

LE MARIN-JARDINIER

Dans l’équinoxial automne les fouissages profitent de la discrétion de l’époque pour s’implanter autour du soleil des crocus

Au sol les transpirations d’humus que la toile écope entraînent la pensée à planter de quoi garder les oiseaux en mesure de chanter

Dans le dévidoir de l’aspe à soie, si le jardinier s’éloigne des étocs cachés sous la surface ça n’est pas un refus d’accostage, bien au contraire, mais un pilotis qui se tape au chenal pour croire.

Dans le scaphandre en plongée de l’atelier.

Niala-Loisobleu -23 Octobre 2020

Francis Cabrel « LES BOUGIES FONDUES »



Francis Cabrel

Francis Cabrel « LES BOUGIES FONDUES »

EXPLICATION DE “ LES BOUGIES FONDUES ”

Cabrel nous chante la poésie sous tous ses angles et nous emmène à la rencontre de son moi passé pour faire le bilan de ses rencontres. « Les bougies fondues » nous raconte en musique comme on peut voir de la beauté partout, et surtout là où c’est le plus improbable !

Dans cette balade acoustique, l’artiste nous mène à la découverte de tous les événements qui ont pu l’inspirer au cours de sa vie. Des moments les plus banals aux plus dramatiques, il est constamment à la recherche de poésie, même quand il n’y en a jamais eu. La vie urbaine, la pauvreté ou encore la guerre, l’interprète de « Je t’aimais je t’aime et je t’aimerais » a passé sa vie à inventer de la poésie pour tout expliquer et enjoliver un monde trop vrai et trop froid.

Cependant, « Les bougies fondues » viennent lui rappeler que le temps passe malgré lui et quel que soit la beauté qu’il peut y trouver. Comme un memento mori, ces bougies qui se consument sont les témoins de cette seule vérité et cela même s’il préfère voir de la poésie dans les formes hasardeuses de la cire qui coule.

Pour cette chanson, Francis Cabrel partage ses moments de lucidité et en profite pour rencontrer son passé. En effet, il dresse un constat de sa vie et de ce qu’il est devenu en s’imaginant face au chanteur qu’il été. Bien que cela ne s’apparente pas à des regrets, cette version de lui, anonyme et insouciante, lui manque plus que tout.

Ce titre est extrait du quatorzième album studio de l’artiste du sud, « À l’aube revenant« . L’opus sort le 16 octobre 2020 et ses titres sont largement inspirés des troubadours du douzième siècle.

Introduit avec « Te ressembler » qu’il dédie à son père, Francis Cabrel revient avec cet album qui compte bien apporter son lot de réconfort dans cette année mouvementée. Après une absence de 5 ans depuis « In extremis », l’auteur de « Petite marie » retrouve son public. Pendant le confinement, il avait réuni plus de 100 000 spectateurs qui venaient profiter de ses lives sur les réseaux sociaux. Il ne fait aucun doute que ces derniers soient au rendez-vous pour découvrir la poésie dans ses 13 titres. Aux formes dessinées dans les bougies fondues
La poésie où y’en a jamais eu

Sur mon grand canapé allongé sous la lune J’avais les bras croisés, j’attendais la fortune Entre deux cloisons vides et une ampoule nue, la poésie Ma vie allait passer paisible et sans histoires Mais tout était trop vrai et j’ai préféré croire

Une barre des meubles me barre l’horizon
Ceux qui l’ont dessiné, toujours pas en prison
L’enfant peut griffonner un graffiti de plus
La poésie

Sur le trottoir mal fait qui se fend et qui craque
Comme on marque un arrêt on se voit dans les flaques
Qu’un morceau d’au-delà à nos pieds descendu
La poésie où y en a jamais eu

La vie est un concours où personne ne gagne
Un chemin qui s’enroule autour d’une montagne
On se retrouve en haut tous, le moment venu, la poésie
J’ai vu l’homme passer, armé comme à la guerre
Mourir c’est son projet, il va falloir s’y faire
On dansera plus tard, au calme revenu
La poésie où y’en a jamais eu

Du gamin rescapé sous des tonnes de pierres
Aux flocons envolés de leur boule de verre
On pense que le ciel serait intervenu, la poésie
Du tigre prisonnier elle écarte les grilles
Les dix mètres carrés pour lui et sa famille
Deviennent à chaque pas une immense étendue
La poésie où y’en a jamais eu

Regarde elle a dix ans et vois comme elle est belle
Elle est belle et pourtant elle ne sort de chez elle
Qu’avec l’âme et le corps cachés sous des tissus, la poésie
En retournant chez moi j’ai croisé des fanfares
Des rangées de tambours, des grelots, des guitares
Elle marchait devant, ses longs cheveux défaits
La poésie où y’en aura jamais

Elle tourna à la radio la jolie ritournelle
Elle est triste sans lui, il est triste sans elle

Si un jour je croisais au hasard d’un visage
Le chanteur que j’étais dans les bals de village
On se regarderait comme deux inconnus, la poésie
Il me dirait sûrement t’as dû en voir du monde
Il se pourrait pourtant qu’à la fin je réponde
C’est celui que j’étais qui me manque le plus
La poésie où y’en a jamais eu

Je m’abimais les yeux sous la voûte céleste
Savoir où sont marquées les heures qu’il me reste
Et chercher pour demain ce qu’il y a de prévu, la poésie
Comme des vérités je n’en trouvais aucune
Sur le grand canapé allongé sous la lune
J’ai cherché dans les bougies fondues
La poésie où y’en a jamais eu

LES CHAISES MUSICALES


Niala dans « La Maison Perdue »

LES CHAISES MUSICALES

A flancs de côteaux le chevalet est là pour retenir de ce qui glisse, un fruit de l’expérience. Le ventre vide la toile, ira aux tiroirs en garnir la palette. Ces tubes-là ont eu leur parade sans se perdre au hit. Tout soleil s’éclabousse de son eau. Le bleu que la mer a pris du ciel averse avec le sel gardé en bouquet. La vie qui inspire l’artiste nourrit bien des mots, que le peintre – lin comme dans l’autre – met en matière sur sa table. Sa guitare donnant libre-cours à ses rubans. Celui qui commence aujourd’hui , poétise pour justifier l’incompréhension qu’il suscitera, comme les autres. A croire.

Niala-Loisobleu – 23 Octobre 2020

BLEU AGILE


Niala

BLEU AGILE

De la cheminée qui dessine le retour du grillon entre ses jambages

la jeune-fille embrasse les rides de la toile

remonte l’appareillage le long de sa chaîne ruisselante d’eau vive

le sel s’évaporera de l’ancre assise sur le pont.

Niala-Loisobleu – 23 Octobre 2020