CONTE POUR ADULTES 1


CONTE POUR ADULTES 1

L’histoire plaquée or d’à-côtés fout les foies décapitée qu’elle est de vérité. Emmanuel sautant sur son ressort à rebondir en toute occasion, sprinte en ban lieu. Et fait le signe de se croire être le seul au pied du caniveau où la tête trempe dans son propre sang.

Buis, buis, buis, dit la pix-voleuse en hochant de son sourire robotique.

 » Ils ne passeront pas »

Le maux historique est lâché.

Dehors les bateaux de migrants déversent de quoi mettre un terme plus convaincant au discours. Et ma foi il va lui en falloir du poids. Plus de dix ans qu’on doit arrêter l’extrémisme et on ne fait que l’arroser de mots. DES ACTES pas un truc de citrouille qui en dore la belle. Et pas du genre « on va enseigner l’arabe. La langue n’a pas a servir de mauvaise cause. Les professeurs ont des matières à développer dans le bon sens en faisant une vraie pédagogie. Pas un prête-nom pour parents incompétents en la matière comme le répète Ernesto.

Défaire l’enseignement de son rôle laïque est le but qu’on cache sous la pierre en ôtant pas le venin.

J’ai rêvé que le beau métier d’enseignant vivrait longtemps et aurait en corps de nombreux enfants.

Niala-Loisobleu – 17 Octobre 2020

Je Te Donne par Léo Ferré


Je Te Donne par Léo Ferré

Les fleurs à inventer les jouets d’une comète
Les raisons d’être fou la folie dans ta tête
Des avions en allés vers tes désirs perdus
Et moi comme un radar à leurs ailes pendu
Des embruns dans tes yeux et la mer dans ton ventre
Un orgue dans ta voix chaque fois que je rentre
Des chagrins en couleur riant à ton chevet
Les lampes de mes yeux pour mieux les éclairer

Les parfums de la nuit quand ils montent d’Espagne
Les accessoires du dimanche sous ton pagne
Les larmes de la joie quand elle est à genoux
Le rire du soleil quand le soleil s’en fout
Les souvenirs de ceux qui n’ont plus de mémoire
L’avenir en pilules toi et moi pour y croire
Des passeports pour t’en aller t’Einsteiniser
Vers cet univers glauque où meurent nos idées

Des automates te parlant de mes problèmes
Et cette clef à remonter qui dit  » je t’aime « 
Un jardin dans ton cur avec un jardinier
Qui va chez mon fleuriste et t’invite à dîner
Des comptes indécis chez ton marchand de rêves
Un sablier à ton poignet des murs qui lèvent
Des chagrins brodés main pour t’enchaîner à moi
Des armes surréelles pour me tuer cent fois

Cette chose qu’on pense être du feu de Dieu
Cette mer qui remonte au pied de ton vacarme
Ces portes de l’enfer devant quoi tu désarmes
Ces serments de la nuit qui peuplent nos aveux
Et cette joie qui fout le camp de ton collant
Ces silences perdus au bout d’une parole
Et ces ailes cassées chaque fois qu’on s’envole
Ce temps qui ne tient plus qu’à trois… deux… un…
zéro

Je Te Donne TOUT ÇA, MARIE!

LA CONDUITE DE NUIT


Une nouvelle-lune montée à bord recule le siège et allonge ses belles jambes

puis tourne le rétroviseur pour sourire sans se mettre du rouge

Les étoiles filent à gauche comme à droite

Conduite universelle

Elle sourit dans la voie haute de son rêve. Je me gare sur son aire. Coupe les phares et regarde, c’est comme au large

Sans murs ni masques

Niala-Loisobleu – 17 Octobre 2020