Joaquín Sabina – Resumiendo


Joaquín Sabina – Resumiendo

Resumiendo, que tengo un cajón de la firma Pandora,
En bref, j’ai une signature tiroir Pandora
treinta y siete chansons, c’est a dire, una y media por hora,
37 chansons, C’est une terrible et demi par heure,
sin contar los sonetos, las coplas, los epistolarios,
sonnets, à l’exclusion des couplets, la correspondance,
los tinteros borrachos de tinta que ordeño a diario.
encriers encre traite tous les jours ivre.
Nos tocaba crecer y crecimos, vaya si crecimos,
Nous avons joué grandi et s’est développée, et si nous avons grandi,
cada vez con más dudas, más viejos, más sabios, más primos,
des doutes de plus en plus, les personnes âgées, plus sages, cousins, cousines, autres
pero todo se acaba, ya es hora de decirte ciao,
mais c’est fini, il est temps de dire ciao,
me ha citado la luna en Corrientes esquina Callao.
J’ai cité la lune dans le coin Corrientes Callao.

Resumiendo,
En résumé,
sabes dónde estoy,
sais où je suis,
resumiendo,
bref,
si me llamas voy,
si vous m’appelez I,
resumiendo,
bref,
no me hagas hablar.
ne me demandez pas.

Resumiendo, esto no es un arreglo floral por tu santo,
En bref, il s’agit d’un arrangement floral pour votre sainte,
solo sombras que en noches de insomnio me alfombran el canto,
que des ombres qui tapissaient me singing nuits blanches,
sobre nuestras cabezas silbaban calumnias, payolas,
calomnie sifflé frais généraux, Payolas,
mano a mano las fuimos driblando a puertita gayola.
est allée de pair dribbler le gayola puertita.

Hace siglos que quiero enviarte palomas de humo,
Il ya des siècles que je veux envoyer de la fumée pigeons
antes de que carcoma el invierno la culpa que asumo,
Woodworm avant l’hiver je suppose que la culpabilité,
ten a bien recibir de mi parte un abrazo de amigo,
Veuillez recevoir de moi un câlin à un ami,
cuando estalle la guerra estaré en la trinchera contigo.
lorsque la guerre éclate, je serai dans les tranchées avec vous.

Resumiendo,
En résumé,
sin voto y sin voz,
sans droit de vote et sans voix,
resumiendo,
bref,
que se pasa el arroz,
le riz est passé,
resumiendo,
bref,
dos bises y amén.
deux rappels et amen.

Resumiendo que tengo un cajón de la firma Pandora…
En bref j’ai une signature tiroir Pandora …

Resumiendo,
En résumé,
que te tengo ley,
J’ai le droit,
resumiendo,
bref,
y nos dieron las seis,
et a obtenu six,
resumiendo,
bref,
sin exagerar.
sans exagération.

Una noche te vimos con Tola bajar la escalera,
Un soir, nous vous avons vu en bas de la Tola escaliers,
yo rompía una copa y Javier destrozaba la hoguera.
J’ai cassé un verre et Javier déchiré le bûcher.

Resumiendo,
En résumé,
Que me grita el escenario ven,
Crie le scénario que je vois,
resumiendo,
bref,
pido un empujón, no te das cuen,
demander un coup de pouce, ne donnent pas les comptes,
resumiendo,
bref,
que vomito con la televisión,
que le vomissement avec télévision,
resumiendo,
bref,
me hace falta un polvo un buen rock and roll,
J’ai besoin d’un bon poussière rock and roll,
resumiendo,
bref,
nos veremos cuando se ponga el sol…
On verra quand le soleil se couche …

POÈME AFFRES, DÉTONATIONS, SILENCE – RENE CHAR


POÈME AFFRES, DÉTONATIONS, SILENCE – RENE CHAR

Le moulin de Cavalon. Deux années durant, une ferme de cigales, un château de martinets. Ici tout parlait torrent, tantôt par le rire, tantôt par les poings de la jeunesse. Aujourd’hui le vieux réfractaire faiblit au milieu de ses pierres , la plupart mortes de gel, de solitude et de chaleur. A leur tour, les présages se sont assoupis dans le silence des fleurs.
Roger bernard : l’horizon des monstres était trop proche de sa terre.
Ne cherchez pas dans la montagne; mais si, à quelques kilomètres de là, dans les gorges d’Oppedette, vous rencontrez la foudre au visage d’écolier, allez à elle, oh, allez à elle et souriez-lui car elle doit avoir faim, faim d’amitié

René Char

T’as l’bon jour d’Henri


T’as l’bon jour d’Henri

Sur la table basse en terrasse le plateau de cuivre agrume ses couleurs

en caressant ta tête

la fenêtre est ouverte

ton jupon lève l’horizon de ta peau bronzée dans un frisson montant de ruelles

les portes cloutées gardent notre lit dans la fraîcheur des fontaines

le bleu venant pousser la mer au sein de ta plage tunisienne

Niala-Loisobleu – 1er Octobre 2020

A PART TOI


A PART TOI

Si je m’habille de protection pluviale le soleil m’éblouit

si j’avais pris mes verres solaires j’eusse été trempé

Dès lors à part toi

qui est fiable

je me demande sur quoi pouvoir encore compter dans ce foutoir

Au coeur de l’arbre l’oiseau te cherche avant tout pour hâler

tu fleuris

sur la rambarde de tous les parapets de nos us et coutumes.

Niala-Loisobleu – 1er Octobre 2020

TU MÉRITES UN AMOUR


TU MÉRITES UN AMOUR

Tu mérites un amour décoiffant, qui te pousse à te lever rapidement le matin, et qui éloigne tous ces démons qui ne te laissent pas dormir.

Tu mérites un amour qui te fasse te sentir en sécurité, capable de décrocher la lune lors qu’il marche à tes côtés, qui pense que tes bras sont parfaits pour sa peau.

Tu mérites un amour qui veuille danser avec toi, qui trouve le paradis chaque fois qu’il regarde dans tes yeux, qui ne s’ennuie jamais de lire tes expressions.

Tu mérites un amour qui t’écoute quand tu chantes, qui te soutiens lorsque tu es ridicule, qui respecte ta liberté, qui t’accompagne dans ton vol, qui n’a pas peur de tomber.

Tu mérites un amour qui balayerait les mensonges et t’apporterait le rêve, le café et la poésie.

Frida Khalo