PORTE D’AUTOMNE


PORTE D’AUTOMNE

Porte d’automne, lente écluse entre les peupliers ;
Cataractes de paix dans le bleu guerrier de l’été ;
Souffle du haut vantail sur les gonds criants des forêts ;
Espace enfin, démarrage de tout l’espace à travers un

espace vrai,
Mais retour où criait le couvercle noir du plumier.
Et non,

Je ne cherche pas une enfance à tout jamais paralysée
Entre les figures indéchiffrables qui se retirent,
Mais le pays qui s’ouvrait librement au bord de la saison

seule et dure.
Oh j’aimais le tilleul dans la cour étroite du boucher juif.
Et cette lumière tranchée à coups de sabre entre le parc et

les casernes, mais
Ce qui s’élançait vers le ciel délivré de septembre
Déjà me rappelait.

(Et quoi encore ?
Ils ont tué
Pol
Israël dit
Salomon dans un wagon du camp

d’Écrouves.

Jacques Réda

Both Sides Now – Joni Mitchell


Both Sides Now (Maintenant Des Deux Façons)

Bows and flows of angel hair
Arcs-en-ciels et flots de cheveux d’anges
And ice cream castles in the air
Et châteaux de crème glacée dans le ciel
And feather canyons ev’rywhere
Et canyons de plumes partout
I’ve looked at clouds that way
C’est ainsi que je voyais les nuages

But now they only block the sun
Mais à présent ils se contentent d’obstruer le soleil
They rain and snow on ev’ryone
Ils font pleuvoir et neiger sur tout le monde
So many things I would have done
Il y tant de choses j’aurais faites
But clouds got in my way
Mais des nuages se sont mis en travers de mes projets

I’ve looked at clouds from both sides now
À présent j’ai regardé les nuages des deux façons
From up and down, and still somehow
D’en haut et d’en bas, et cependant je ne sais pourquoi
It’s cloud illusions I recall
C’est l’illusion des nuages que je retiens
I really don’t know clouds at all
Vraiment les nuages je ne les connais, pas du tout

Moons and junes and ferris wheels
Lunes, juins(2) et grandes roues ( de fête foraine)
The dizzy dancing way you feel
Le vertige dansant que tu ressens
As ev’ry fairy tale comes real
Quand chaque conte de fées s’accomplit
I’ve looked at love that way
C’est ainsi que je voyais l’amour

But now it’s just another show
Mais à présent c’est une toute autre histoire
You leave ’em laughing when you go
Ça les fait rire quand tu les quittes
And if you care, don’t let them know
Et si t’as des sentiments, ne leur laisse pas voir
Don’t give yourself away
Ne te trahis pas

TOUJOURS DE M’AIME


TOUJOURS DE M’AIME

De la main qui sans cesse recommence

le contact pileux est un peint saut dès le matin

les visages n’ont d’yeux que pour se croire

agenouillés l’un sur l’autre

pendant que les villages mettent leurs maisons en érection

Quand tu me tiens la barbe

comme le chien je saute

plus joyeux qu’un propos racoleur pourrait promettre

Comme si refaire le m’aime geste est un nouveau à chaque fois…

Niala-Loisobleu – 23 Septembre 2020

LES VAGUES DE LA MER


LES VAGUES DE LA MER

linkedin sharing button

Le tumulte du vent les vagues de la mer l’appel intermittent des sirènes du feu le grand vent et le froid les neiges de l’hiver tout me ramène à vous compagnons du grand
jeu

Les bottes de Poucet oublieuses des guerres tricotent leur chemin malgré les conquérants L’amour et l’amitié ont d’autres planisphères que les plaines de sang où crient
les loups errants

Je vous entends la nuit je vous attends le jour

mes amis qui parlez dans vos prisons de vent

je tends vers vous mes mains mes doigts tremblants et

gourds mes mains que trop de morts disputent aux vivants

Les cités englouties mènent au fond des eaux une lente et pesante et ténébreuse vie J’entends sonner pourtant dans la plainte des flots les cloches de Fingal encore
inasservies

Les lames sans répit déferleront sur nous qu’importe à celui-là dont le cœur est fidèle Laissons glisser les eaux laissons hurler les loups Liberté dans la
nuit les cloches parlent d’Elle.

Claude Roy