LE PANTOUM DU MÉNAPIEN


LE PANTOUM DU MÉNAPIEN

Pêcheur de crabes, marchand arabe c’est dans l’attente qu’est la vie loin de toute rive fleurie, un arbousier dans le brouillard.

Voici la pluie couleur de suie,

et son refrain tambouriné

sur l’horizon filigrane;

c’est dans l’attente qu’est la vie.

Crocus précoces, plaisirs atroces.
Mon cœur as-tu jamais aimé?
Des anges roulent en auto sur l’horizon filigrane.

Rêver au frais, dormir au chaud…
Aux confins de nos marécages, des anges roulent en auto, et la lune dans le garage.

Éclats de rire, éclats de rêve, il était un enfant de roi.
Et quand la vie aura cessé, aux confins de nos marécages,

âmes en peine, cœurs en panne, et quand la vie aura cessé, retrouverons-nous le néant au point où nous l’avons laissé ?

Paul Neuhys

6 réflexions sur “LE PANTOUM DU MÉNAPIEN

Les commentaires sont fermés.