AVIDE PERMANENCE


5d59f7fb896bc0da1b3c6b775e249ea2

 

AVIDE PERMANENCE

 

L’éclusier du soleil entre par la porte des Artistes

la ruelle tenant la joue des façades accolée

l’abeille aux jardinières butine

entre les souches c’est toit

Et main tenir la lumière au niveau de la limite

fait l’oeil moins douloureux qu’un mot racoleur

Attention si on vous dit

« Vous êtes entre bonnes mains »

ça peut vous coûter la vue

 

Niala-Loisobleu – 18 Août 2020

Danse-moi Vers La Fin De L’amour par Graeme Allwright 


Danse-moi Vers La Fin De L’amour par Graeme Allwright

Danse-moi à ta beauté avec un violon en flammes,
Danse-moi dans la panique jusqu’au repos de mon âme,
Lève-moi comme un olivier, sois ma colombe de retour,
Danse-moi vers la fin de l’amour,
Danse-moi vers la fin de l’amour.

Laisse-moi voir ta beauté quand les témoins sont partis,
Laisse-moi te sentir bouger comme un Babylone jadis,
Révèle-ce dont je vois les limites et le doute,
Danse-moi vers la fin de l’amour,
Danse-moi vers la fin de l’amour.

Danse-moi à la noce, oh danse-moi tout le temps,
Danse-moi tellement tendrement, danse-moi très longtemps,
Tous les deux, nous sommes en dessous, au dessus de notre
amour,
Danse-moi vers la fin de l’amour,
Danse-moi vers la fin de l’amour.

Danse-moi vers les enfants demandant à naître en paix,
A travers les rideaux que nos baisers ont usés,
Lève une tente pour s’abriter, les fils déchirés
toujours,
Danse-moi vers la fin de l’amour,
Danse-moi vers la fin de l’amour.

Danse-moi à ta beauté avec un violon en flammes,
Danse-moi dans la panique jusqu’au repos de mon âme,
Touche-moi avec ta main nue, ou gantée de velours,
Danse-moi vers la fin de l’amour,
Danse-moi vers la fin de l’amour.

Danse-moi vers la fin de l’amour

 

SOYONS LIBRES AVEC LE BEL OISEAU QUI PAVOISE


33d1edbebe384edf01f13fd97f1df6e1

SOYONS LIBRES AVEC LE BEL OISEAU QUI PAVOISE

twitter sharing button

 

Le 7-04-2020

SOYONS LIBRES AVEC LE BEL OISEAU QUI PAVOISE

Que de nos révoltes et leurs raisons
Le bel oiseau enivré de silence
Fasse vivre au boisseau : toute distance
Au faisceau de toutes fausses chansons

Son arbre au savoir de sa liberté
Au bruissement avide de ses trilles
Nous renvoie à un beau rêve qui brille
Dont nous trouvons la sève en sa beauté

Nous arborons le drapeau du réel
Dans nos séparations qui nous saisissent
Là – flagellé par le vent – il attise
La nouveau que nous attelons au ciel

Où – comme en partance sillonne Oiseau
Celui du grand air des livres et lyres
Qui résonne en terre comme désir
D’arraisonner guerre avec les ciseaux

De la justice et de la vérité
Pour pactiser avec Savoir qui sonne
Dans tous les pavois de la liberté
Qui – à voir en lice – pour nous rayonne

 

Minod Alain

ECORCE DU POEME


91f98884bb1a3ac5f41c6a6f0360106b

ECORCE DU POEME

facebook sharing button
twitter sharing button
pinterest sharing button
linkedin sharing button

Écorce du poème à naître
Le galop d’un cheval nombreux,
Les formes du jour à ta fenêtre
Rageusement foudroie le bleu
De ta robe corps de lettres
Parfumées au ciel de tes yeux
Fiévreusement rougeoie la pierre
Fendue comme par un feu violent
Sur les murs de ma prison de lierre
Déploie comme par un cri dolent
Sur le vélin diapré du soleil
Choit le rêve sans fin des vacances
Au cœur qui vibre, la cordelette
De ta robe sur l’escarpolette.

Extrait de:

Résilences

Gilbert Pommier