Nataq – Richard Desjardins


Nataq
Richard Desjardins

J’ai roulé quatre cents milles
Sous un ciel fâché
Aux limites de la ville
Mon cœur a clenché
Les gros flashes apparaissent
Dans mon âme égarée
Les fantômes se dressent
À chaque pouce carré
Revenir d’exil
Comporte des risques
Comme rentrer une aiguille
Dans un vieux disque
Y’a eu ben du progrès
Ben d’l’asphalte, ainsi d’suite;
J’me demande qui je serais
Si j ‘tais resté icitte
Une peine imbuvable
À qui la faute?
J’étais juste pus capab
D’la voir avec un autre
Mais c’est tout oublié
Chu r’dev’nu un homme;
Le ti-cœur pomponné
S’en vient voir ses vieux chums
Salut les Apaches
Salut les crottés
Vous me trouvez le stash
Moi je paye le party
J’entends la fonderie qui rush;
Pour ceux qui l’savent pas
On y brûle la roche
Et des tonnes de bons gars
Les grandes cheminées
Éternelles…

 

2 réflexions sur “Nataq – Richard Desjardins

Les commentaires sont fermés.