J’ATTENDS LA FRAÎCHE HEURE


1b3fdf2d8302369a2a41f333209f022c

J’ATTENDS LA FRAÎCHE HEURE

Entre le soir qui tombe, la nuit vient rallumer ma respiration

le lin ocré de mes derniers pas

me monte quelques étoiles, je les verse dans mon vers

comme un semeur de rêve

pour remonter la rivière derrière le paravent.

Niala-Loisobleu – 17 Juillet 2020

St-John-Perse – Extrait d’AMERS


f10fa801cb65a1915be3545e32130f50

St-John-Perse – Extrait d’AMERS

 

« …Guide-moi, plaisir, sur les chemins de toute mer ; au frémissement de toute brise où s’alerte l’instant, comme l’oiseau vêtu de son vêtement d’ailes… Je vais, je vais un chemin d’ailes, où la tristesse elle-même n’est plus qu’aile… Le beau pays natal est à reconquérir, le beau pays du Roi qu’il n’a pas revu depuis l’enfance, et sa défense est dans mon chant. Commande, ô fifre, l’action, et cette grâce encore d’un amour qui ne nous mette en mains que les glaives de joie !.. »

CHANT ARABE


P1060108

CHANT ARABE

Telle une peau frémissante sur un corps qui se dérobe
La houle feutrée de mon abdomen se fige de peur démente
J’éternue mais je ne bouge pas
Et l’œil qui cloître mes rêves qui nage et qui clignote
L’œil envahit mes nuits
La nuit la nuit l’orage
L’œil éblouissant aux floraisons étranges
L’œil malade d’images.

Joyce Mansour

LES YEUX FERMES


ODILON-REDON-CLOSED-EYES

LES YEUX FERMES

Dans l’humide

un ciel gris sur un jour qui peine à se lever

Où donc se trouve le respirable ?

Le parasite encombre

reste l’enfant qui rit dans son à part

et la boursouflure de ton coeur que mes mains caressent

Mon baiser et son poil de moustache reste perchés sur le haut de mes lèvres

je te vois …

Niala-Loisobleu – 17 Juillet 2020