L’EPOQUE 2020/28: CELA DOIT S’ENTENDRE


L’EPOQUE 2020/28: CELA DOIT S’ENTENDRE

 

Après les Époques 2018 et 2019, voici le vingt-huitième de cette nouvelle Époque 2020 avec BARBARA AUZOU : CELA DOIT S’ENTENDRE. Merci de considérer que le poème est indissociable du tableau et vice-versa…

cela doit s'entendre
L’EPOQUE 2020/28 « Cela doit s’entendre Niala Acrylique s/toile 65×54

 

 

Sans trêve quotidiennement

moi le dévoreur de lampes

j’interroge l’eau profonde

grande femme incertaine

jusque dans ses brusques détentes

les filaments de ses cheveux

viennent  toujours me surprendre

à la tempe et le temps d’un cri

quand elle s’amuse à pêcher  

avec un jonc sa robe d’écume

me frôle je repars à la nage

chercher encore ce qui fonde

le receptacle de toute une vie

et ça bat des larmes et ça submerge

ce souffle tendre et ambitieux

qui nous réinvente l’amour fort

c’est l’amour fou j’y bois à genoux

il est si rond de ses ondes

cet indicible parler clair

que cela doit s’entendre

 

 

Barbara Auzou.

FAUFILE – CHARLOTTE CARDIN


ff27eab2fa2d790ed34386ebd30737d2

FAUFILE – CHARLOTTE CARDIN

Toutes les notes s’enfilent
Filent les filles
Et tu ne sais pas
Ne commencez pas
De dos, fais face aux peines
Tu choisis pile, ça tombe sur la reine

Tu te faufiles
Tu te faufiles entre mes lignes, oh

Pars par là loin devant
Ton vent m’essouffle
Souffle une fois
Car mes plaies s’ouvrent
Pars par ici maintenant
Je veux tes doigts

Je les veux tenant
Tout c’qui est à moi

Tu te faufiles entre mes lignes, oh
On peut prendre le temps d’une bise
Avant que tous nos verres se vident
Et que tu me dises ?
Tout ce que j’aime
Je brise

Tu te faufiles entre mes lignes, oh
Tu te faufiles entre mes lignes, oh

HEURES DE NUIT


fdbe984479f01abe4a62b6ca7b7e45a5

HEURES DE NUIT

 

 

Des pluies en morceaux d’étoiles mi-éteintes zèbrent le cheval bleu  qui galope

Ce corps aimé qui est tellement là  que les bras jusqu’aux doigts se font mal à retourner pour bien tenir

Passé la barre de la vague scélérate et franchir

Puis ne cheminer qu’en ton regard insubmersible.

 

Niala-Loisobleu – 16  Juillet 2020