LES MAUX PEINTS


7b3a2c7f9dc63252d0d23a60f54afbe7

LES MAUX PEINTS

Au loin, au trait de l’horizon, la fumée du train cache un temps les larmes-vapeurs

les arbres crient de douleur de leurs torses paisibles

un mas accroché dans les ocres sanguines sent le toro d’un autre combat

Région de riches, la Provence, qu’aucun n’a su peindre comme Vincent, étale ses villas de milliardaires sans une toile de lui

mais que de Soulages et de malfaisants de l’art d’un commerce florissant y ont élus domicile et professent leur froideur charnelle.

Niala-Loisobleu – 30 Juin 2020

CHANSON DU JOUR ET DE LA SUIVANTE NUIT


917f5574d30f188fb727f5cb9d3967d0

 

CHANSON DU JOUR ET DE LA SUIVANTE NUIT

Ils se rencontrent à minuit

Ils s’embrassent en silence

Ils s’étreignent jusqu’au matin

Tout le jour passe et la suivante nuit

Et le jour suivant tout pareil

Le jour au jour et la nuit à la nuit

Ils échangent les fleurs d’amour

Ils échangent les herbes odorantes

L’estragon du rêve et le cerfeuil de la tendresse

Tout le jour passe et la suivante nuit

Et le jour suivant tout pareil

Le jour au jour et la nuit à la nuit

Et puis ils cassent leurs verres vides
Sur les bouteilles qu’ils vidèrent
Et vident encore d’autres bouteilles

Tout le jour passe et la suivante nuit

Et le jour suivant tout pareil

Le jour au jour et la nuit à la nuit

Et puis ils dorment avec fureur

Les lèvres ensanglantées lui du sang d’elle

Elle de son sang à lui

Tout le jour passe et la suivante nuit

Et le jour suivant tout pareil

Le jour au jour et la nuit à la nuit

Ils se rencontrent à minuit

Les lèvres ensanglantées lui du sang d’elle

Et vident encore d’autres bouteilles

Ils s’embrassent en silence

Ils échangent des herbes odorantes

Et puis ils cassent leurs verres vides

Tout le jour passe et la suivante nuit

Et le jour suivant tout pareil

Le jour au jour et la nuit à la nuit

Celle-là qui fit cette chanson

N’est pas prête à casser son verre

Son verre est toujours plein toujours pleine sa bouteille

Et qui donc qui lui remplit le verre et la bouteille?

Celui-là qui change chaque jour la forme des étoiles,

Un cœur battant solide sous un sein frémissant

Frémissant tout le jour et la suivante nuit

Et le jour suivant tout pareil

Le jour au jour et la nuit à la nuit

 

Robert Desnos