L’EPOQUE 2020/23: LES CHIENS DE PRAIRIES 1


 

L’EPOQUE 2020/23: LES CHIENS DE PRAIRIES 1

 

Après les Époques 2018 et 2019, voici le vingt-troisième de cette nouvelle Époque 2020 avec BARBARA AUZOU : LES CHIENS DE PRAIRIES 1 . Merci de considérer que le poème est indissociable du tableau et vice-versa…

    L’EPOQUE 2020/23″Les chiens de prairies 1″NialaAcrylique s/toile 35×24

 

 

 

Les arbres ondulent

Se plissent c’est pour nous

Les miettes de l’entendement

Qu’ils jettent au vent complice

Et tu les ramasses à genoux

Avant qu’elles ne pénètrent 

Les entrailles de la pierre

Chaque fois la terre se creuse

Plus profond dans le clair

D’une couleur qu’on n’arrête plus

Près de toi noir un grand chien

Qui te sait heureuse

Monte la garde dans un coin

De l’indicible qu’il a mordu

Au rebond

 

 

Barbara Auzou.

SOUS-BOIS


35d5411606bc9eaaaa7a3714ae4747a1

 

SOUS-BOIS

 

Bordant ton passage en pinède les fougères ondulent au point de me faire voguer sur la mer

Au mouillage les mâts dressent leurs fûts vers les étoiles

Depuis que je marche sur l’ô je croîs comme une mauvaise herbe en devenant plus mécréant

tu pourrais t’appeler Marie que je me laisserai pas embarquer sur la Vierge, ce bac à naissance qui dessert un point d’eau disparu

pour autant

ma foi reste entière

 

Niala-Loisobleu – 23 Juin 2020

 

 

ABSTRACTION


IMG-0089

ABSTRACTION

 

Donner la respiration propre à l’eau libre pour la faire aller et venir comme elle l’entend

Surprise ce qu’elle crée est conforme à l’intime désir d’obtenir un mélange émotionnel

l’art n’existerait pas sans sans cette action solitaire indépendante à priori de son geste, abstraction ordonnée

L’acte est toujours prémédité

 

Niala-Loisobleu – 23 Juin 2020

QUELQUES METRES


aaa2f8ae42fde13988f38ed8b901264a

QUELQUES METRES

De la dernière vague qui caresse le bord et le trou de la fenêtre, la distance est plus brève qu’un contoir de ma nue facture

L’oiseau sur le pont ruisselle dans sa sortie de bain

ça et là en archipel, les îles vont à l’école

le masque à regret

A la limite des yeux il embue le regard d’un manque de contact

sous le marronnier lève les yeux

et trouve le nid en bord de branche.

Niala-Loisobleu – 23 Juin 2020