LE PETIT BONHEUR


51cd84cb58b07c8c197d22758ab817d6

LE PETIT BONHEUR

twitter sharing button
pinterest sharing button
linkedin sharing button

Chanterelle, chardon, cuscute.

Où l’herbe nage,

ne dresse aucun étai.

Je me souviens d’une femme

qui vendait des sabots.

Contient de la chitine.

Dors dans la coque

du cargo qu’on oublie.

Sans passion, sois l’ami

des carmes déchaux, des filles

au bord des larmes.

Le douze mai, tu pars:

une touffe de fines herbes

est ton seul aveu.

Perdus, nous devenons utiles et cherchons les outils rouges, et cherchons les maisons où nous pourrions vivre, maisons à clefs, à verrous, maisons de courte paille où nous
cachons nos dés.
Flûtes, osselets font frémir les chats et les femmes.

Dans le temple du sabot, j’ignore vendanges et récessions.
Affluent les feux, le miel.
Cent faux coupent la toison des vergers engloutis et muets.
Qu’enfume-t-on dans l’étable?
Les porcs, je les caresse et les couche en ma peau.
Nul fait ne confirme la rixe à laquelle je pris part.
Mon nom ne vous dit rien : je suis couteau, soc ou rotule.
Je lis l’écriture penchée, je cloue les mots-corneilles et le papier pourrit.

Les ciseaux coupent l’encre des doigts et des sabots : on file doux sous les arbres.
Nul bourreau n’avoue forfaits, simagrées.
J’introduis dans ma chambre oiseleurs et larrons.

Le gui dort dans l’œil des chats et des voleuses.
Voici le dieu du gel qui me serre les tempes.
Nue, la neige aujourd’hui, a odeur de lavande.
Un regard neuf pourfend soldatesque et police.
Le petit bonheur nous appelle.

La treille, et, sous la treille, un monceau de citrons…
Les bœufs qu’on caresse, dont l’haleine enfouit les petits enfants de brume, conspirent, têtus. Élais-je au bord du
Tage?
Je mentais pour mentir loin du pays des guêpes.

La pluie, l’herbe et les lèvres, le feu qui – myosotis – siffle, font ici ronde sourde.
Pommes sans nom gardent l’odeur, le verger.
Bernard n’affûte aucune sentence.
Le puits au fond du puits fait grincer la poulie.
Et
Colette n’encolle aucune lampe de thé.
Mars clôt le bec des oiseaux enchantés.
Tout délivre la liberté.

 

Jacques Izoard

PAR CHEMIN JAUNE


119914fec210b076a882eded2321f2cf

PAR CHEMIN JAUNE

 

Ta piste reste visible sous les couvertures de toutes sortes de macadam

un jaune repaire pris en vol

L’expression comme école fait monter le pigment et l’isole des incursions chimiques

mon petit-bonhomme collé rémora par sa ventouse

pilote en mode manuel

Quand ça monte à faire le sang battre aux tempes les volets de nos zèles tempèrent

d’une musique planante

C’est l’instant que ton corps choisit pour se muer anémone au mouvement

l’horizontale ceinture d’herbe avance ses pointes en conquête

c’est l’orée-muse

les hautes-colonnes en cathédrale portent voix

en flèche

et le monde s’écarte par peur d’émoi.

 

Niala-Loisobleu – 17 Juin 2020

 

LA MAIN BRULEE


2c10b0bec0b461cc6de2ce08d00e2c0d

 

 

LA MAIN BRULEE

Comme toujours, nous avons voué le meilleur à ceux qui, passant, l’ont dispersé plus loin, dilapidé dans des auberges obscures, perdu au fond d’une combe et rien

n’est venu en retour soutenir le feu poussif, alléger la charge d’ombres, dissoudre la lie des habitudes, ce champ aride où tout fait pierre : nos moindres gestes,

nos paroles — et la nuit, même au mitan du lit, n’est plus qu’un fleuve à sec, de cailloux.
Mon amour, est-ce ainsi que les roses meurent quand vient l’hiver,

le cœur serré comme un poing, dans les épines ?

 

Guy Goffette