SIGNES DE RECONNAISSANCE


6d8feef3f6272efe88ec3d2976f556a7

SIGNES DE RECONNAISSANCE

 

L’absence de costume nous saute aux yeux avant qu’on cherche les papiers

le trou des dentelles gardant son énigme

je lui en ai mis plusieurs pour creuser la piste

la difficulté pouvant provenir de la poitrine , pas facile à escamoter, je cache le nom du sein du jour derrière la date du calendrier

Ah l’intime …

 

Niala-Loisobleu – 5 Mai 2020

CHEMIN FAISANT


670e52d5062b1d2727c1e6da61bf0081

CHEMIN FAISANT

Les chiens devant ils sont arrivés, puis ont monté la grande toile dans l’espace autour de l’ancienne caserne de la Marine. Pourquoi Rochefort me traverse avec son cadastre carré aligné au cordeau ? La Corderie sans doute plus que Colbert, à moins que Les Demoiselles y soient pour quelque chose, vas savoir. Il m’est pas resté insensible ce tableau de Kirschner. Faut dire que le pistil au centre de l’écart, ça pointe genre compas. Oui, on peut dire que c’est évocateur de la grand-route par laquelle on passe tous. Et au centre du confiné ça expulse un brin de bon sens. Il y a de la bonne-aventure là-d’dans, ma ligne de vie comme la votre. A la tienne alors on dirait du Cendrars dans les transes ibériennes. Et M. Loyal fait entrer le cheval et la petite écuyère à cas fait. Normal. Dans la ménagerie ouvrant l’après-midi les bonnes d’enfants assurent la garde. Dans l’Education Nationale débute la leçon du Petit-Chose. Apprendre à manger avec un masque c’est plus dur que se taper la Gaule. La note du tout-en-un de Monsieur Blanquer est curieusement obscure, disons-le tout net. Faut dire que chui-là il gagnerait à se masquer. La parade mobilise plus que les musiciens., les éleveurs de canards ont été réquisitionnés par une ola générale. Magret tout d’aucuns espèrent que le monde se refera à neuf…

 

Niala-Loisobleu – 5 Mai 2020

LE FRONT AU SUD


a6fd246f21b4ab67c8e3e9405e2d466a

LE FRONT AU SUD

Mouvements aquatiques dont s’emparent les sternes au départ des coques alignées

Quand des façades blanches accordent le trait de leur flottaison à l’ondoiement des premières chaleurs

Allant vers le bout de la jetée une femme tire sa remorque à la cale en se plaisant à penser au retour de pêche

L’Hôtel de la Plage refait le lit des rivières

Les bras pendus aux fenêtres

En collant le front aux persiennes j’ai aspiré l’odeur du grand fauve

Quelle bénédiction de rencontrer Henri

Il sue autrement qu’Eugène

Dans la fraîcheur de tes mots de Lettre j’ai Traversées

La senteur de tes cuisses colore le parchemin mieux qu’une lettre ornée

Puis on entendit gratter à l’entrée

Sans judas il fût visible de voir l’oiseau tout nu en prêt-à-peindre un rôt à la plancha

C’est fou les possibilités qu’offre le simple appareil

Niala-Loisobleu – 5 Mai 2020

LA LUMIÈRE N’EST PAS CONÇUE


cffe563ed96bbc24c94a7078125583f8

LA LUMIÈRE N’EST PAS CONÇUE

 
Rien que pour toi, racine, pour toi, cyclone fourvoyé dans cette strate du langage, le poète a favorisé I’épaississement limoneux du sommeil où tu té ramifies. Le
livre dont il est l’otage et le garant, le livre incompulsé, le livre intermittent, tourne sans hâte sur ses gonds dans la terre, et chaque page à ton attouchement prend feu, et
sa substance se confond avec, le surcroît de ta sève, avec le progrès de son sang.

Perfectibilité du vide, racine de l’amour. Cette équation, je l’ai vaincue avec un océan de terre ameublie par mon souffle.

 

Jacques Dupin