LE CORPS DE TON VILLAGE


P1060108

LE CORPS DE TON VILLAGE

Les mains prennent l’inspiration,

tu les conduis d’une maison à l’autre

cognant du bec à la porte

tu m’ouvres ton fumet

L’enfant contre ton sein sourit

pas un nuage dans l’arbre

la rivière entrejambe l’orée

à l’étage les draps se lavent au soleil

tu lisses les marguerites sous les pis des vaches pour que le cheval remonte les reins sur toute la longueur du sillon. Si l’oiseau a enlevé sa chemise c’est pour laisser son bleu prendre le soleil. J’embrasse toute la gorge par où passe mon désir de te signer la toile…

 

Niala-Loisobleu – 30 Mai 2020

BATTEMENT VIF DU DESIR


3d68683cfddf04031ded019279476538

BATTEMENT VIF DU DESIR

twitter sharing button
pinterest sharing button
linkedin sharing button

Qu’au siphon de toute présence
L’échancrage de la douleur
Repasse le temps du bonheur
Obnubilé par la distance

Alors coule ! Cours Sentiment
Mais clouée au vif battement
Du désir en grande tension :
Si lascive vient l’intention
De repartir à l’océan
Que j’en reste assis sur céans

Or sous le auvent – aux murs
Balayés de vide et de peine –
Je veux – O Ma si fière allure –
Tout détricoter de mes chaînes

Ce battement c’est ton plaisir
Qui fuse dans toutes les ondes
Valse dans l’écume du monde …
Vague à vague pour la saisir !

Pourtant loin déjà dans tes terres
Toi reine encore en tes galops
Sur ton cheval sans aucun fer
Dévales lande comme l’eau

Chevelure battant au vent
Oui ! Tu tranches l’air de la bruine
Infinies tes courses divines
Ouvrent tes écrits si savants
Où se défont les tragédies
Au cri des mots vrais que tu dis

Et – mon attente désarmée –
Je n’oublierai ces temps jamais
Où les grains que nous partageâmes
Innervés au train de nos âmes
Remontèrent joie en nos têtes
Pour les partager : ces tempêtes

Tant cette passion a ravi
Ce moment si fort de nos vies
Qu’à la peau de vagues tendres
La tension n’a collé de cendres

Renaissance ! Je dis poème
Pour ton corps si brûlant que j’aime
O L’Héroïne de mes songes
A te le dédier quand j’éponge
Sur mes yeux toute ta présence
Où j’efface toute distance !

Alain Minod

LAVER LA LUMIERE


71afb2d75144a81702400aa4785a99ad

LAVER LA LUMIERE

Jeu de zone

la couleur suivant l’impératif du nombre

la pandémie prend l’habit du moine

à qui terrasse

Aller plus loin en corps dans la violence de la couleur

je ne vois rien d’autre à faire au plan personnel

qui puisse laver mieux ce ramassis de mensonges pour cacher qu’on a rien réglé

ma Chaume a l’honnêteté de l’air marin sans le risque du bord de mer

Niala-Loisobleu – 29 Mai 2020

FIN DE PARCOURS POSSIBLE


26866785e0c62db68c48155f183e036d

FIN DE PARCOURS POSSIBLE

À quoi bon s’agiter ?
J’aurai vécu quand même
Et j’aurai observé les nuages et les gens
J’ai peu participé, j’ai tout connu quand même
Surtout l’après-midi, il y a eu des moments.

La configuration des meubles de jardin
Je l’ai très bien connue, à défaut d’innocence ;
La grande distribution et les parcours urbains,
Et l’immobile ennui des séjours de vacances.

J’aurai vécu ici, en cette fin de siècle,

Et mon parcours n’a pas toujours été pénible

(Le soleil sur la peau et les brûlures de l’être) ;
Je veux me reposer dans les herbes impassibles.

Comme elles je suis vieux et très contemporain,
Le printemps me remplit d’insectes et d’illusions
J’aurai vécu comme elles, torturé et serein,
Les dernières années d’une civilisation.

Est-il vrai qu’en un lieu au-delà de la mort
Quelqu’un nous aime et nous attend tels que nous sommes ?
Des vagues d’air glacé se succèdent sur mon corps ;
J’ai besoin d’une clef pour retrouver les hommes.

Est-il vrai que parfois les êtres humains s’entraident
Et qu’on peut être heureux au-delà de treize ans ?
Certaines solitudes me semblent sans remède ;
Je parle de l’amour, je n’y crois plus vraiment.

Quand la nuit se précise au centre de la ville
Je sors de mon studio, le regard implorant ;
Les boulevards charrient des coulées d’or mobile
Personne ne me regarde, je suis inexistant

Plus tard je me blottis près de mon téléphone
Je fais des numéros, mais je raccroche à temps.
Une forme est tapie derrière l’électrophone ;
Elle sourit dans le noir, car elle a tout son temps.

 

Michel Houellebecq

VEGETALE ETREINTE


df07fb7f70734a4f2e486b907c5cefce

VEGETALE ETREINTE

Le soleil commence son ascension, la partie Est du jardin entre ses mains pour la tendreté de ses plantes qu’il embrasse comme un bébé

Fougueusement je m’intéresse au frais

dans le creux des plis

Pleine bouche

les pots d’artichauts décoratifs, la jarre ventrue à deux mains tenue par les poignées

Chercher dans le repli le secret où l’insecte vit

S’enfoncer par un trou

sortir par un autre

l’aisselle du saule est riche

je choisis

pour l’exemple le nombril d’hortensia où l’ardoise écrit bleu

la promesse de seins fleuris montre déjà où ses boules feront massif

Je ressors par un tubercule d’iris tellement noueux que j’en ai violacé

un papillon me bouche-à-bouche en sapeur-pompier

Je suis sauvé

accrochant mon chapeau de paille au vestiaire suspendu, j’entre dans la cage qui conduit à la mine

Comme c’est profond

Voici le riche filon fessier de quoi remplir mon wagonnet

et remonter en haut du terril

Les arbrisseaux poussent des cris de rut qui donne au chien une lueur dans la truffe à coller au puits

et quand roulant dans la menthe pâmée je réalise que Proust m’agace, mais pas au bon endroit, j’ai déjà la bouche plaine

j’enlève mon marcel

Les abeilles sont à la chaîne florale dans la pure tradition des ruches

En rase-motte je fais une manoeuvre d’atterrissage….

Niala-Loisobleu – 27 Mai 2020

LA DORADILLE


42c83aac653d4642369156cebcfe361b

LA DORADILLE

facebook sharing button
twitter sharing button
pinterest sharing button
linkedin sharing button

 

Pourquoi, pourquoi la
Doradille a-t-elle, a-t-elle des yeux qui brillent?

Elle qui dut vendre ses hardes pour payer dettes trop criardes

et qu’on surprit à mendier sous le rose amandier,

elle qui disait un peu partout: patience, la patience est tout…

pourquoi aujourd’hui s’écrie-t-elle: le tout est d’avoir l’étincelle!

Pourquoi, pourquoi la
Doradille a-t-elle, a-t-elle des yeux qui brillent?

Il lui arrive une chose affreuse:

Elle est heureuse, heureuse, heureuse…

 

Paul Neuhuys