DEUX EN UN


Resized_20200425_111456_4669 (1)

DEUX EN UN

Sachant son principal dessein

vous ignoriez tout de son dessin

c’est main tenant chose faite

elle écrit et publie ici

comme dans

l’ENCRIER

ses émotions profondes

dans son soleil

une quête de domicile pour se sentir chez elle

de même mer

et pair

de  même sexe

L’en droit

où je persiste et signe avec ailes

Niala-Loisobleu – 27 Avril 2020

APRES-MIDI D’UN FAUNE


5561512251e6758fcc3ad7a6fd6448c3

APRES-MIDI D’UN FAUNE

Tandis que la Seine se passe

sur la fenêtre mansardée du chapiteau, il mange à plein rêve à la petite écuyère

tout à commencé quand la concierge du 51 s’est faite plus loyale que l’appariteur

Le crottin tiens le cheval dans la jardinière

des pigeons s’en brassent par tout

au dernier étage on touche le ciel de la tête

L’enfant n’a pas à se souvenir il continue, comme Marthe, toujours plus proche,  l’a incité

à monter le rez-de-chaussée aux étages des escaliers

sans lâcher l’envie de découvrir l’essence de chaque odeur

Le chien est allongé dans l’herbe

ta cuisse court au soleil

je me reflète à tue-tête dans le caniveau..

Niala-Loisobleu – 27 Avril 2020

DES BRAS CROISES


ef21f43189af1a1d49d59637bf623d87

 

DES BRAS CROISES

 

Cette sérénité témoigne. Le brouillard glisse comme un large crachat masquant. Peut-être que le beau soleil pleuvra. Le vigile à qui j’ai dit bonjour aux courses ce matin n’avait pas l’air hostile dans son uniforme dissuasif

Qu’importe, la réaction pitoyable et parasitaire, j’ai la lumière par nos bras croisés

L’électricité saute, des arcs, la tension tire à vue

Branche-toi contre moi c’est du continu

Tiens je chante…

Niala-Loisobleu – 27 Avril 2020

 

 

VUE DE L’INTERIEUR


d3fcbe452098754311f8593d74832fcf

VUE DE L’INTERIEUR

Monté au dernier étage l’ascenseur s’arrête, elle ne montre aucune surprise quand le cheval-liftier lui dit « NIVEAU A MUSIQUE – INSTRUMENTS A VENT ET VENTILATEURS »

Un papillon bleu, deux papillons bleus, trois et plus papillons bleus sortent du soufflet pulmonaire de la soliste

Quand deux d’entre eux l’attrapent par les yeux, elle se laisse décoller du sol, trouve le la et la gamme du rêve qui l’a suivi dans son sommeil

Cette lune la révèle à elle-même. Elle se souvient , c’était au plus jeune âge et sans comprendre pourquoi tout s’était brusquement envolé

La pièce  et son décor, tout ce qui la meuble, l’insupporte

Elle étouffe

Le ton en montant en elle écrase l’artificiel

La musique est belle, c’est la voix de son âme qui est revenue. Le poids fait place à la senteur du jardin qui l’habille de sang, la couleur de son pouls d’enfant…

Niala-Loisobleu – 27 Avril 2020