DES PAROLES RETENUES DE L’HERBE FOULEE


"REMEMBERING"

DES PAROLES RETENUES DE L’HERBE FOULEE

Dans le dos du nèflier le mur de pierres montées à la boue tient livre ouvert. Coiffé du palmier symbolique, il dresse un journal de bord au dressement de poil près.

De la fourmi déménageuse au lierre colonisateur, le regard d’un garenne de passage et encore un merle persifleur se sont inscrits, chacun dans son rôle. Il y eut un prunus majestueux dans l’ombre duquel les dames-élèves peignaient en papotant un moment d’évasion. Des enfants disparus aujourd’hui ont également mis leurs rires à la renversure de leurs boules

Par la grâce d’un soleil espéré, j’ai pu te conter en pâquerettes et herbe drue, fortement grasse. Le ronflement de la tondeuse s’étant accordé au bruit du moteur marin de ma pensée, le panama s’est vraiment cru au canal de passage. Petit-vitesse adoucit le bruit mécanique, tu parles à seins nus et robe vraiment courte en long dialogue. Les nouvelles d’ici-bas choisissent le ton . L’accord s’attache aux couleurs des façades comme  à la longueur des ponts au point large de l’estuaire. J’ai même entendu des élingues dirent des tempêtes dans un sourire redonné par la sécurité du quai

Il y eut sur la Chaume un reflet de toi en mésange bleue dans la vitrine pendant que je  chargeais les sacs de végétaux dans la voiture. De plus près je vis les liserons dans tes cheveux. L’envie d’aller m’asseoir dans mon fauteuil compléta le bien-être d’être ensemble à la fin du travail de jardin.

Un avion nous emportera très au-dessus du monde…

Niala-Loisobleu –  24 Avril 2020

2 réflexions sur “DES PAROLES RETENUES DE L’HERBE FOULEE

  1. Voici un jardin extraordinaire où tu déposes gardé des mauvais pas les pensées de ton esprit debout…Le jour abattu peut maintenant ceindre sa toile…
    Un avion floral très-au-dessus des étoiles nous attend avec son poids de sel dans le sang…

    Aimé par 2 personnes

Les commentaires sont fermés.