L’EPOQUE 2020/12: LE COQ BLEU


L’EPOQUE 2020/12 – LE COQ BLEU

 

Après les Époques 2018 et 2019, voici le douzième de cette nouvelle Époque 2020 avec BARBARA AUZOU : LE COQ BLEU . Merci de considérer que le poème est indissociable du tableau et vice-versa…

le coq bleu
L’EPOQUE 2020/12  « LE COQ BLEU » Niala Acrylique s/toile 81×65

Quelque chose nuit à l’allure

Et voudrait nous tirer par le calme du lit

Pour nous mettre dans un film d’aventures

Les sursauts d’une vie qui joue à cache-cache

Avec notre enthousiasme exigeant

J’ai remis au jardin Ma continuelle

Le coq bleu de nos balises

Sorti de mon chapeau l’oiseau jaune du printemps

Qui nous immunise contre les poumons insuffisants

À respirer d’un seul coup tout le ciel

Je redonnerai à l’enfant de notre déraison

Son droit naturel à s’établir ici l’hier

Dans l’aujourd’hui

À sa bouche l’hirondelle d’une chanson

Ombre et soleil un arbre à poèmes

En toute saison poussé

Sur notre orgueil insulaire

 

 

Barbara Auzou.

RECRIER POUR QUITTER PANDEMIE – 5


 

P1050531

RECRIER POUR QUITTER PANDEMIE – 5

ENTRE TIEN EMOI 1

Ce ne fut pas un montage à vendre, juste ce léger mouvement qui ne se voit que parce qu’il reste sous l’écorce. Qu’il grince rien ne presse dit le tapis s’adressant au volet bleu. Les matins nous n’avons pas envie de les mettre à la boîte, le jour trouvé à ton oreille ne lobe rien en touche, il tâte comme on veut se sentir pénétré. Il n’y a plus dans les tubes la pureté du pigment, ce qui reste du végétal recule sous l’écrasement minéral porté par la chimie des temps modernes. On pourchasse l’odeur naturelle en lui faisant honte. Les bras montent les tatouages au cou comme il y a des années on a voulu briser le secret de la beauté des murs. En les faisant parler comme des provocateurs on montre que salir et casser préoccupe davantage que construire. Le monde des hommes a toujours été horrible. A chaque époque on a toujours privilégié le mal, cette nouvelle génération extrémiste s’inscrit comme une secte nuisible. La laideur est la cinquième colonne de tous les pouvoirs, son action fourbe et hypocrite entretient l’instruction du non-savoir. Une maison animée que du regroupement des étages, amène les messes dans la rue à réclamer des églises. Dogme, tu voiles à toutes vapeurs. Le fleuve affluente comme une bonne mer. Si on lui ligature les trompes c’est pour le bluff, on dirait les paroles de haine de la chanson d’amour au top du hit-parade des tireurs de ficelles. Je reste collé à tes aisselles, les chiens qui y sont suspendus n’ont pas de laisse. Même en noir quand tu les soulages ils rient aux éclats. Puis tu sais les expositions c’est une putain d’épreuve, je me rappelle il y a de ça très longtemps quand aux Voûtes du Port j’exposais à Royan, le nombre de têtes de crevettes qui jonchait le sol, permettait de compter les visiteurs.Ce que je resang de Toi ne regarde qu’émoi.

Niala-Loisobleu – 20 Juillet 2018

AUX VOLEES 1


Scan

AUX VOLEES 1

Le jour vient, qui le cherche, fouille son vocabulaire, cherche sa racine ?

Tes lèvres harmonica m’en jouent bien davantage qu’un cours de terminale

En rien magistral

Une petite bête remonte ta cuisse

Arrivée au JE NOUS

elle commence à dire pour QUOI

sans besoin d’expliquer

Lui

il se déplace dedans, heureux tout simplement

Niala-Loisobleu – 16 Avril 2020

EPURE


f2912f69c885907ad382492b9c5358a4

 

EPURE

 

Le sol étend au loin la diagonale de nos montées

les pierres qui sortent de son dos tiennent en grande partie les pièces de la maison

L’étage de plain-pied s’ouvre sur l’émoi de la chambre en plaçant le lit de la rivière au centre

Un chant d’oiseau repris en duo

sème des essences pour la prochaine forêt

que borderont les pierres sèches choisies par de nombreux fossiles

Et au bas des marches la mer attrape le bois flotté pour finir le pont pendant ma sieste

 

Niala-Loisobleu – 16 Avril 2020