LA SOIF HOSPITALIÈRE


a7e629a599fa37db55e0244c0f365377

LA SOIF HOSPITALIÈRE

Qui l’entendit jamais se plaindre ?

Nulle autre qu’elle n’aurait pu boire sans mourir

les quarante fatigues,
Attendre, loin devant, ceux qui plieront après;
De l’éveil au couchant sa manœuvre était mâle.

Qui a creusé le puits et hisse l’eau gisante
Risque son cœur dans l’écart de ses mains.

 

Philippe Jaccottet

2 réflexions sur “LA SOIF HOSPITALIÈRE

Les commentaires sont fermés.