LE SILENCE ET TA VOIX


magicvoice_WM by timssally (Mindy Lacefield), via Flickr

LE SILENCE ET TA VOIX

 

 

Que de mots-peints

à peaux nues

et imprimés sur tes robes des instants allongés

Assez de soleil pour faire courir le chien dans le croisement de nos échafaudages

La tour principale de la lanterne monte sa flamme

L’ancolie s’accorde le choix de la couleur fondamentale au croisement de tes jambes qui dévoile

et n’empêche le bruit de ma barbe de pousser sans imaginer , elle a retenue comment tu t’ingénies à la promener pour la désenfermer d’un masque mûrissant dans les projets inapplicables en vigueur

Du rouge, des ocres, arrivent les bruns aux senteurs de havane, je pense au Vieil homme et la mer

aussi j’ai mis le bateau à la cale

pour emmener l’enfant à tremper

Au coin du boulanger l’odeur m’empêche de vieillir, Marthe s’y trouve infatigable, à me tendre la grosse part de flan toujours chaud…

 

Niala-Loisobleu – 7 Avril 2020

IMMUNITE


Nu à la jambe levée, par Lucian Freud

L’IMMUNITÉ

En attendant que le feu se déclare
Dans les combles et au-dessus du toit,

Pour effacer le feuillage fébrile

Qui s’épanche hors des murs et croule dans la mer,

Pour maintenir le sentier blanc
Sous une grêle silencieuse,

Pour détacher l’inintelligible fragment,
Que ne trahit que sa couleur imprécatoire,

Pour atteindre le bois de votre porte hostile,
Pour entamer le froid de votre cœur muré,

La mèche lente et l’huile pauvre de ma voix,
Veilleuse au jardin le plus bas, Ëvocatrice balbutiante de la tour.

Jacques Dupin

EN MATIERE DE SOI DANS L’AUTRE ET INVERSEMENT


79e59b94ea82f2b661463df5bd3e36f5

EN MATIERE DE SOI DANS L’AUTRE ET INVERSEMENT

 

Sur la Chaume je vois le tilleul en appeler à la rivière. Bois flotté, nos troncs n’ont rien ôtés de nos jambes. Quelques pierres s’étirent sur les murs, dans leurs yeux sont entrés des fossiles pour mémoire. La première fois qu’un homme a découvert la différence entre les deux genres il a su comment et pourquoi c’était faire. Le savoir de base se passe des écoles, la petite tortue en pointant l’oeil hors de l’oeuf met toute ses forces dans la nage où l’attend la mer. L’absence a été définie à contresens pour laisser aux pauvres d’esprit la réduction au tout paraître. La toile va recevoir la caresse et la fureur de mes mains, seul aux yeux du passant, je ne peux être vraiment plus avec toi dans chacun de mes gestes qui nous écrivent…

Niala-Loisobleu – 7 Avril 2020